Loading...

All Business Digest content is for the exclusive use of our subscribers. Please do not share it.

Pépite

Le virus management

Qu’est-ce qui se propage super vite, se diffuse par contact et s’avère vraiment nocif ? Les mauvaises habitudes managériales (entre autres) selon Freek Vermeulen.

Bien avant le Covid-19, Freek Vermeulen comparait déjà les mauvaises habitudes managériales à des virus : au mieux, inefficaces, au pire, carrément dangereuses, elles se diffusent très vite d’une organisation à l’autre via consultants et interactions de membres de différents comex. La comparaison s’arrête là : les autorités sanitaires ayant identifié la menace Covid-19, elles ont pris des mesures pour limiter sa propagation et trouver les remèdes. Alors que les entreprises s’inoculent volontairement de mauvaises habitudes managériales, sans réaliser leurs effets destructeurs à long terme. Ce qui rend d’autant plus difficile toute marche arrière.

Pourquoi ne pas profiter de cette crise sanitaire pour éradiquer ces mauvaises habitudes ? Car les crises impulsent l’innovation : les processus, méthodes et sources de revenus traditionnels étant mis à mal, vous devez trouver des solutions alternatives. Qui peuvent être des pis-aller temporaires ou devenir définitives si elles s’avèrent plus pertinentes que le « business as usual ». Une étude de l’University College London montre que 20 % des utilisateurs de métro, forcés de modifier leurs trajets lors de grèves, conservent ceux-ci par la suite. Contraints, ils ont trouvé des chemins plus efficaces ! Quelles nouvelles pratiques managériales allez-vous mettre en place post Covid ?

 

Pour en savoir plus :  

Freek Vermeulen, Corporate viruses and bad management practices(TEDx London Business School, 2016) 

© Copyright Business Digest - Tout droit réservé

Françoise Tollet
Publié par Françoise Tollet
Elle a passé 12 ans dans l’industrie entre autres chez Bolloré Technologies. Elle dirige Business Digest depuis 1998, société qu’elle a cofondée en 1992 et dont elle a décidé du big move vers Internet dès 1996… avant même d’en rejoindre l’équipe.