Comment deux décideurs de la tech prennent le temps d’innover Premium

Pour lire ce dossier dans son intégralité, devenez Abonné Privilégié ou connectez-vous

Qui dit « secteur de la tech » dit souvent « heures supplémentaires et attentes déraisonnables ». Pourtant, Erik Villa et Cédric Savarese, des leaders du secteur, inspirés par It Doesn’t Have to Be Crazy at Work sont catégoriques : créer un environnement professionnel plus équilibré n’est pas une utopie.

Cédric Savarese : faites selon votre manière

Interview de Cédric Savarese, PDG et fondateur de FormAssembly (mai 2019).

Dans le monde des start-ups tech, travailler jours, nuits et week-ends est presque une tradition. Il y a treize ans, Cédric Savarese, qui tentait de lancer sa propre entreprise à Bloomington, dans l’Indiana, est tombé dans ce piège la tête la première ! « Quand j’ai commencé, j’ai eu l’impression de devoir travailler 60, 70, voire 80 heures par semaine pour ma start-up. Ma femme ne comprenait pas pourquoi je m’acharnais autant. » Petit à petit, FormAssembly a prospéré et Cédric a appris à lâcher prise, ce qui, à sa grande surprise, lui a fait beaucoup de bien ! Désormais solidement établie, FormAssembly, une plateforme de création de formulaires en ligne, compte plus de 60 employés à distance.

Mais pour en arriver là, Cédric Savarese, un Français qui travaillait à Paris avant de suivre son épouse américaine dans l’Indiana, a choisi de s’investir seul dans la croissance de son entreprise et de prendre le temps nécessaire pour ce faire. Ses décisions défiaient la norme du secteur, mais il pouvait compter sur le soutien de Jason Fried et David Heinemeier Hansson, auteurs de It Doesn’t Have to Be Crazy at Work, entre autres livres. Tous deux avaient réalisé des choix similaires pour Basecamp, leur société basée à Chicago.

 

Erik Villa : faites confiance à vos équipes

Interview d’Erik Villa, ingénieur logiciel senior chez Wizeline (mai 2019).

Erik Villa a rejoint le bureau de Guadalajara (Mexique) de Wizeline, une société basée à San Francisco, en 2016. En peu de temps, l’effectif est passé de 14 à 150. L’entreprise avait désespérément besoin de responsables supplémentaires et de nouveaux modèles de gestion. Initialement embauché en tant qu’ingénieur logiciel, il a alors intégré l’équipe de management : le modèle de gestion adopté par la firme de développement de produits était assez classique, un copier-coller de celui des grandes entreprises : « des échelles avec de multiples postes », comme le décrit Erik Villa.

Extrait de Business Digest N°297, juin 2019

Pour aller plus loin

Retrouvez notre dossier en intégralité

La synthèse

7 clichés à combattre pour travailler sereinement

INTERVIEW

Comment deux décideurs de la tech prennent le temps d’innover

À vous de jouer

4 idées pour renouer avec le calme au travail

Pour lire l'intégralité du dossier, vous devez être abonné :

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous

Abonnement classique

Business Digest classique

190 euros HT

(TVA 2.1%)

Je m’abonne
Abonnement numérique

Business Digest numérique

390 euros HT

(TVA 2.1%)

Je m’abonne
Abonnement premium

Business Digest premium

535 euros HT

(TVA 2.1%)

Je m’abonne