Lever les freins au déploiement des énergies renouvelables – un par un

Les chercheurs Sam Aflaki et Serguei Netessine d’HEC Paris mettent en lumière ce qui me semblait être un « gros » problème : qu’est-ce qui freine le déploiement des technos renouvelables ?

Qu’est-ce qui va enfin déclencher la révolution des technologies propres ? La raison sur laquelle s’est penché le Pr Sam Aflaki de HEC Paris, n’est pas suffisante à elle seule pour répondre à un problème d’une telle ampleur, mais elle a le mérite de l’approche analytique : diviser un problème en petits morceaux, et les traiter les uns après les autres. La principale incitation pour promouvoir les énergies renouvelables est encore la taxe carbone. Sans beaucoup d’efficacité selon le Pr.Aflaki. Dans certains cas, elle peut même être un repoussoir pour les investisseurs qui se retourneraient vers les énergies primaires telles que le nucléaire et les combustibles fossiles.
Pourquoi ? Car le système de sauvegardes des sources d’énergie intermittentes comme l’énergie éolienne et solaire est trop coûteuses en carbone. Par exemple, lorsqu’un parc éolien ne produit pas assez d’électricité, il est suppléé par une source polluante comme une centrale au gaz, pour fournir de l’énergie continue au réseau et éviter des coûteuses coupures de courant.
Or pour que la production d’énergie soit vraiment propre, les investissements dans les énergies renouvelables ne doivent pas être freinés et doivent augmenter. Pour ce faire, nous devons aborder non seulement la question de l’intermittence, mais aussi celle d’autres formes d’incitations. Et si des systèmes de sauvegarde plus propres sont à portée de main, telles que des batteries nouvelles génération, le problème réside moins dans la façon de développer les technologies nécessaires -car les technos sont là, à notre disposition-, que dans la prise de décisions plus intelligentes quant à savoir pourquoi et comment les utiliser.

En savoir plus :
« Le problème avec les incitations aux énergies renouvelables ? Certainespeuvent ne pas y inciter… » de Sam Aflaki, (Knowledge@HEC, 15 février 2018).
Knowledge@HEC publié en collaboration avec Business Digest depuis 2008.