La vie intense, une obsession moderne

Vivre intensément, tel est le dernier idéal proposé à l’Homme moderne, sommé de vivre une vie fulgurante, à l’image de l’électricité, le fluide à l’origine de la révolution industrielle. Sortir de cette course épuisante en restant intensément vivant voilà le grand défi aujourd’hui.

Face à l’engourdissement du «confort bourgeois», le héros des temps modernes est une figure adolescente, électrique: libertin, romantique, révolutionnaire, rocker, sportif ou trader, auquel les pubs promettent une «expérience intense» pour vendre des parfums, des cafés, des chocolats, et même une eau minérale. Et pourquoi pas ? L’intensité est après tout une expérience subjective.

L’intensité est devenue la valeur ultime d’un monde où chacun choisit son chemin, avec un seul impératif éthique:«Sois toi-même, mais sois-le à fond.» Une vie tiède serait un échec. Or l’aspiration à l’intensité contient sa propre négation : les sens s’émoussent, ils exigent toujours plus de nouveauté, de stimulation, et ce, jusqu’au burn out. Au contraire, certains changent de route et sont tentés par un retour vers la sagesse absolue, la transcendance ou le salut religieux.

Entre intensité absolue ou sagesse absolue, une autre voie serait-elle possible? Tristan Garcia explore les fondements d’une société obnubilée par la jouissance et la performance, épuisant écosystèmes et individus. Il refuse le dilemme entre la sensation de vivre et la pensée désincarnée, prône un équilibre entre ces deux postures, et invite
chacun à définir sa propre voie.

En savoir plus :

La Vie intense, une obsession moderne, de Tristan Garcia (Autrement, 2018, 1ère édition 2016).