#Techforgood : innover utile pour tous Premium

Pour lire ce dossier dans son intégralité, devenez Abonné Privilégié ou connectez-vous

Social-tech, Tech for good… Depuis quelques années plusieurs appellations fleurissent pour désigner ces entrepreneurs de plus en plus nombreux qui mettent le numérique au service du bien commun. Quisont-ils ? Que font-ils et comment ?Comment naviguent-ils entre intérêt général et profit, entre impact réel et discours marketing ? Et comment vous en inspirer ?

Qui sont les entrepreneurs « Tech for good » ?

L’exercice du portrait-robot est toujours risqué, mais dans le cas de la « social-tech » deux profi ls assez nets se dégagent. La première catégorie rassemble des Millenials – parfois très jeunes – qui ressentent à la fois l’envie d’entreprendre et un impérieux besoin de contribuer activement à construire un monde meilleur. En France, le baromètre 2018 de l’entrepreneuriat social d’Opinion Way révèle que plus de la moitié des 18-24 ans (51 %) souhaitent travailler dans le secteur de l’innovation sociale numérique. Plusieurs témoins du livre d’Émilie Videaud sont dans ce cas. À l’image de Raodath Aminou, fondatrice de la plateforme antigaspi Optimiam, Jean-Charles Samuellan qui a créé Alan, une mutuelle 100 % digitale qui « veut rendre simple le fait d’être en bonne santé », ou encore les trois fondatrices de la plateforme d’apprentissage en ligne Kokoroe.

La seconde famille regroupe des entrepreneurs ou des cadres plus expérimentés en quête de sens et d’une nouvelle utilité, avec, pour les plus connus, Xavier Niel le patron de Free ou Ludovic Le Moan, PDG du géant des objets connectés Sigfox ; mais aussi des personnalités moins connues comme Pascal Lorne, serial entrepreneur créateur de la plateforme GoJob, qui propose un service de mise en relation entre entreprises et candidats. Certains sont issus de milieux favorisés, d’autres – comme Ludovic Le Moan – sont fils d’ouvriers. La plupart ont suivi des études brillantes mais tous ont eu, un jour, un déclic – un livre inspirant, un événement douloureux, une situation d’injustice… – qui les a poussés à passer à l’action. C’est ce qu’Émilie Videaud appelle le « Social Calling ».

Quels sont leurs projets et à quoi servent-ils ?

Extrait de Business Digest N°290,octobre 2018

Pour aller plus loin

Retrouvez notre dossier en intégralité

La synthèse

S’inspirer des innovateurs #techforgood

Interview de Maxime de Rostolan

Fermes d’Avenir : un déclic pour sauver la planète

À vous de jouer

Évaluez les impacts sociaux de vos innovations

Pour lire l'intégralité du dossier, vous devez être abonné :

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous

Abonnement classique

Business Digest classique

190 euros HT

(TVA 2.1%)

Je m’abonne
Abonnement numérique

Business Digest numérique

390 euros HT

(TVA 2.1%)

Je m’abonne
Abonnement premium

Business Digest premium

535 euros HT

(TVA 2.1%)

Je m’abonne