Pourquoi il est si utile d’être clair (et comment faire) Premium

Pour lire ce dossier dans son intégralité, devenez Abonné Privilégié ou connectez-vous

Tolérer des zones d’ombre est-il inévitable – et même indispensable – pour la bonne marche de votre entreprise ? Pas sûr ! Les organisations qui privilégient la clarté affichent des performances supérieures aux autres. Mesurez-vous combien le manque de clarté coûte à la vôtre !

La tolérance à l’ambiguïté s’accroit comme mécanisme de défense contre l’incertitude, la volatilité, et la complexité. Au point d’être une qualité réclamée dans certains descriptifs de postes. Confondue avec l’agilité, l’ambiguïté apparaît comme un atout pour naviguer dans un contexte incertain et volatile. Erreur : selon Karen Martin, plus une situation est complexe, plus elle exige d’être appréhendée avec une clarté maximale.

Or contrairement à l’ambiguïté, la clarté n’est ni confortable ni naturelle. Elle s’apprend, s’exerce et se renforce aux niveaux individuel et organisationnel.

L’ambiguïté est séduisante…

Vue comme un signe de souplesse et d’adaptation, l’ambiguïté est un mode par défaut adopté par les entreprises pour répondre à leur environnement. Face à des impératifs contradictoires et à des données mouvantes, rester dans une zone grise semble plus prudent qu’assumer un positionnement tranché. Exemple : une entreprise peut s’inscrire dans une démarche de développement durable sur certaines lignes de produit tout en conservant sur d’autres séries des méthodes polluantes mais peu onéreuses. Le but : ne s’aliéner aucune clientèle, ni celle sensible aux arguments écologiques, ni celle recherchant les meilleurs prix. (Le risque : brouiller la raison d’être de l’entreprise et s’aliéner les deux).

L’ambiguïté est aussi un outil stratégique lors des négociations. Un client révèle rarement ses cartes à ses fournisseurs lors de la discussion d’un contrat. « La clarté est intentionnellement évitée dans les situations où elle risque d’amener une des parties à prendre une position susceptible d’endommager la relation, d’initier un conflit ou de restreindre les options futures » explique Karen Martin.

… mais la clarté est pourtant nécessaire !

À court terme, l’ambiguïté limite les dégâts. Mais elle évite de s’attaquer aux questions de fond. Opter pour une démarche de clarifi cation systématique ne permet pas uniquement d’éviter des erreurs coûteuses et préjudiciables : elle dope les performances d’une organisation des 4 façons suivantes.

 

 

Extrait de Business Digest N°289,septembre 2018

Pour aller plus loin

Retrouvez notre dossier en intégralité

La synthèse

La clarté, facteur de performance

Interview de Daniel Wolcott

Adventist Health Lodi Memorial La clarté au coeur de la culture

À vous de jouer

Être clair avec soi-même pour être clair avec les autres

Pour lire l'intégralité du dossier, vous devez être abonné :

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous

Abonnement classique

Business Digest classique

190 euros HT

(TVA 2.1%)

Je m’abonne
Abonnement numérique

Business Digest numérique

390 euros HT

(TVA 2.1%)

Je m’abonne
Abonnement premium

Business Digest premium

535 euros HT

(TVA 2.1%)

Je m’abonne