Loading...
Synthèse

Désamorcer les relations toxiques (surtout à distance)

L’impératif subi de distanciation et le relationnel à distance sont autant de contraintes qui sont venue se rajouter la pression d’un management de plus en plus pressurisé. A la clé, une augmentation des conflits relationnels à distance. À cause des individus toxiques qui minent le moral des autres et qu’il suffirait d’identifier et de neutraliser ? Le problème est bien plus complexe…

Alors que les relations interpersonnelles sont plébiscitées comme le socle du bien-être au sein d’une équipe – ils seraient 84% à l’affirmer en France1 – Cy Wakeman a constaté qu’en moyenne nous passions plus de 2 heures par jour à subir voire gérer conflits et tensions.2 Phénomène qui semble s’être aggravé avec le travail à distance. Une perte de temps et d’énergie à laquelle s’ajoutent des coûts indirects : engagement en berne, absentéisme, turn over, dégradation de la réputation de l’entreprise, fuite des talents, processus de décisions grippés, etc. Comment réagir ? En commençant par comprendre les vraies origines de ces conflits, rarement liés à la nature toxique des collaborateurs, mais davantage à des comportements engendrés par des dysfonctionnements organisationnels. 

D’après
Schmuk

The Schmuck in My Office: How to Deal Effectively with Difficult People at Work 
 Jody Foster et Michelle Joy (St. Martin’s Press, avril 2017) 

L’enfer est-ce seulement les autres ? 

Experte en leadership, Cy Wakeman3 a réalisé en 2015 une enquête de 18 mois aux États-Unis dans plusieurs entreprises présentant des situations de conflits. Près de 100 % des sondés affirment que la première cause de tensions réside dans les individus eux-mêmes. Certains seraient frappés de troubles psychologiques irrémédiables (pervers-narcissiques, passifs/agressifs, paranoïaques, manipulateurs et autres despotes) et devraient être démasqués, neutralisés, voire éliminés de l’entreprise. Cette approche ultra simpliste est devenue très populaire auprès des observateurs du monde de l’entreprise. Ils s’en nourrissent pour développer une abondante littérature sur la toxicité de certains individus. Or, cette hyper présence médiatique des toxiques fait oublier que les conflits interpersonnels ont, dans leur grande majorité, des causes multiples dont ils ne sont que les révélateurs. 

Vous atteler à comprendre les vraies origines des tensions est une tâche bien plus délicate que de désigner quelques vilains petits canards. 

75%
CONNEXION
ABONNEZ-VOUS
À LA PUBLICATION
ABONNEZ-VOUS À LA PUBLICATION
Voir les formules d’abonnement
Caroline Schuurman
Publié par Caroline Schuurman