Loading...

All Business Digest content is for the exclusive use of our subscribers. Please do not share it.

Synthèse

Le bruit, face cachée de l’erreur

Vous avez sans doute entendu parler des biais cognitifs, ces distorsions psychologiques qui affectent votre jugement… Mais savez-vous ce que c’est que le bruit ? Et connaissez-vous les effets de ce dernier dans vos processus de décision ? Visite guidée de la face cachée de l’erreur.

Vous avez pris une décision importante sur un dossier qui mobilise votre équipe depuis plusieurs semaines.  Vous en avez discuté avec passion, animés par la crainte d’une erreur. Vous avez épluché les données de contexte jusqu’à la trame, vous avez même tenu compte des biais cognitifs de chacun, comme votre fichue tendance à ne retenir que le négatif.  Mais voilà, cette fois encore ça ne marche pas. Alors vous allez essayer de comprendre pourquoi : l’environnement qui a changé brutalement ? Un manque d’engagement de la part des collaborateurs ? Ou juste une mauvaise décision ?  

Et si plus que la décision en elle-même, c’était plutôt le jugement sur laquelle elle s’appuie qui est en cause ? Il se peut que que malgré toutes vos discussions votre vision collective de la situation était brouillée par la multiplicité des appréciations individuelles. Bienvenue dans le royaume du bruit, cette variabilité indésirable du jugement qui altère discrètement vos processus de décision. A la différence du biais qui est systématique et imputable à une cause identifiable, le bruit semble parfaitement aléatoire. C’est un ennemi redoutable, d’autant plus difficile à combattre qu’il passe la plupart du temps inaperçu. 

D’après

Noise A Flaw in Human Judgment
Daniel Kahneman, Olivier Sibony et Cass Sustein, (Little Brown Spark, mai 2021)  

Là où il y a jugement il y a du bruit 

A l’instar du bruit physique, le bruit cognitif est partout, et en particulier dans vos jugements professionnels, définis comme une mesure dont l’instrument est l’esprit humain. C’est un avis rendu sur une situation donnée, qui devrait se baser uniquement sur des informations connues, sans qu’interviennent les goûts et les opinions personnels. Les jugements sont clés dans le domaine judiciaire, mais aussi dans le secteur médical (diagnostic et pronostic), dans les ressources humaine (décision d’embauche, évaluation périodique…), dans les assurances (calcul des primes) mais ils sont aussi à l’œuvre quand vous faites le tour d’une problématique avant d’effectuer un choix. Comme ils s’appuient sur des connaissances partagées – des symptômes observables, par exemple, ou la description de biens à assurer – les jugements professionnels devraient logiquement converger ou tout au moins susciter des désaccords limités.  

75%
CONNEXION
ABONNEZ-VOUS
À LA PUBLICATION
ABONNEZ-VOUS À LA PUBLICATION
Voir les formules d’abonnement

© Copyright Business Digest - Tout droit réservé

Dominique Fidel
Publié par Dominique Fidel
Après des études de civilisationniste et 10 années dans la communication corporate, Dominique partage aujourd’hui sa plume entre la vulgarisation scientifique, la communication institutionnelle, les chroniques littéraires et… Business Digest.