La résilience chez Facebook : parce que tout reste à faire Premium

Pour lire ce dossier dans son intégralité, devenez Abonné Privilégié ou connectez-vous

Tout juste promue à la tête du service communication de Facebook au printemps 2016, Caryn Marooney apprenait qu’elle avait un cancer du sein. Un an après, elle livre ce que cette expérience lui a appris en matière de résilience et insiste sur l’importance, pour un dirigeant, de savoir demander de l’aide.

Au début du printemps 2016, alors directrice de la communication technologique chez Facebook, Caryn Marooney est à un tournant de sa vie. La jeune mère de famille se voit offrir une importante promotion : diriger l’équipe de communication du géant mondial des réseaux sociaux. Quasiment au même moment, le diagnostic tombe : elle est atteinte d’un cancer du sein. Soutenue et encouragée par ses supérieurs, le CEO Mark Zuckerberg et la COO Sheryl Sandberg, Caryn Marooney accepte sa promotion. « C’était une décision purement égoïste : je ne voulais pas que mon cancer devienne mon boulot à plein temps, explique-t-elle un an après. Aujourd’hui, je suis convaincue d’être une meilleure dirigeante que si je n’avais jamais été malade. »

Demander de l’aide n’empêche pas d’être un leader compétent
Lorsque la jeune dirigeante a su qu’elle avait un cancer, elle a tout d’abord pensé qu’elle devrait décliner sa promotion. « Je pensais être en bonne santé, alors quand le diagnostic a démontré le contraire, j’ai commencé à douter de tout, explique- t-elle.
Avant même d’en parler à quiconque au bureau, ma priorité était de décider seule de la suite de ma carrière. » Si elle a changé d’avis, c’est en grande partie grâce à l’exemple de Sheryl Sandberg, frappée par le décès de son mari en mai 2015. Caryn Marooney se rappelle avoir assisté, peu de temps après avoir appris pour son cancer, à la journée de promotion du leadership des femmes organisée chaque année par Facebook. Le discours d’ouverture de sa COO ce jour-là a eu un impact retentissant sur elle.
« Lorsque Sheryl a commencé à parler des 3P1, je me suis reconnue dans chacun de ses mots, c’était comme si son discours avait été écrit pour moi. L’entendre dire à tout le monde : “Je vais avoir besoin de votre aide et voici ce que vous pourrez faire pour m’aider” m’a profondément inspiré. Sa démarche a jeté une toute autre lumière sur la façon dont j’envisageais mon diagnostic : j’ai su à cet instant que je n’étais pas seule. J’ai fi ni par annoncer la situation à Mark et Sheryl le plus simplement du monde : “Il se peut que j’aie un cancer. Je vais peut-être avoir besoin de votre aide, mais je ne sais pas encore comment”. Depuis, ils n’ont cessé de faire preuve d’une ouverture et d’un soutien incroyables ».
Par le passé, Caryn Marooney avait déjà pu observer la résilience de sa supérieure. « La première fois que Sheryl s’est adressée à notre équipe, juste après le décès de Dave, elle nous a parlé de ce qu’elle traversait sans détour, sans chercher à cacher ses émotions. Puis, elle a répondu aux questions que nous avions sur notre activité et l’entreprise. C’était un exercice difficile, mais elle a apporté des réponses précises et est restée solide. C’est à ce moment-là que j’ai compris qu’être vulnérable ne signifiait pas être incompétent. »

 

 

Pour aller plus loin

Retrouvez notre dossier en intégralité

La synthèse :

Option B, facing adversity, building resilience, and finding joy

L'interview :

La résilience chez Facebook : parce que tout reste à faire (Caryn Marooney, directrice de la communication internationale de Facebook)

La fiche pratique :

Comment demander (et obtenir) de l'aide ?

Pour lire l'intégralité du dossier, vous devez être abonné :

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous

Abonnement classique

Business Digest classique

190 euros HT

(TVA 2.1%)

Je m’abonne
Abonnement numérique

Business Digest numérique

390 euros HT

(TVA 2.1%)

Je m’abonne
Abonnement premium

Business Digest premium

535 euros HT

(TVA 2.1%)

Je m’abonne