Loading...

L’ensemble des contenus Business Digest est exclusivement réservé à nos abonnés.
Nous vous remercions de ne pas les partager.

Synthèse

Décider au mieux (sans avoir toutes les cartes en main)

Au poker, le gagnant n’est pas le joueur qui dispose de la meilleure « main »1, mais celui qui prend les meilleures décisions pour s’adapter aux hasards du jeu et au bluff de ses adversaires. Et si vous tiriez parti de ces enseignements pour vous orienter dans un environnement incertain ?

En 2016, la journaliste Maria Konnikova, diplômée en psychologie de l’université Columbia, se met au défi d’apprendre le poker pour explorer les processus de prise de décision en contexte incertain. Pari gagné : deux ans plus tard elle remporte des championnats professionnels, et démontre ainsi que s’inspirer des stratégies des meilleurs joueurs de poker permet d’optimiser ses choix dans les environnements volatils.  

Comme souligné par John von Neumann, père de la Théorie des jeux et du comportement économique, le poker reflète la complexité de la vie. Contrairement à la roulette russe, il ne relève pas du pur hasard : le raisonnement mathématique y a sa place. Mais contrairement aux échecs il ne peut être modélisé par un algorithme : la part du « bluff » – la dimension humaine, psychologique – y joue un rôle déterminant. Ainsi le joueur qui détient la meilleure « main » ne gagne que dans 12 % des cas.  

Il ne suffit pas d’avoir les bonnes cartes : le meilleur stratège l’emporte, même avec un mauvais jeu. Vous n’avez pas toutes les cartes en main mais voulez accroitre vos chances de gagner ? Observez les pros du poker. 

D’après

The Biggest Bluff  de Maria Konnikova, (Harper Collins, juin 2020).

Discernez ce qui est vraiment en votre contrôle 

Le B-A BA dans un environnement incertain – et à une table de poker – est de se concentrer sur ce que vous maîtrisez en lâchant prise sur le reste. Or il est difficile d’évaluer ce que vous contrôlez : votre cerveau surestime votre responsabilité en cas de réussite et la minore en cas d’échec. Le succès donne une illusion de maîtrise, comme l’a prouvé la psychologue d’Harvard Ellen Langer2 : lorsque des étudiants gagnent plusieurs fois d’affilée à pile ou face, ils s’estiment doués d’un talent insoupçonné… alors qu’il s’agit de pur hasard.  

Face à une nouveauté, vous passez allègrement de la circonspection des débutants à la certitude fallacieuse de dominer le sujet après quelques heures d’étude seulement3 : cet effet de sur-confiance vous empêche de juger lucidement votre niveau. A contrario, votre cerveau tend à imputer vos échecs à la malchance. Erreur : se positionner en victime des circonstances extérieures déresponsabilise et enferme dans la spirale de prophéties auto-réalisatrices.  

75%
CONNEXION
ABONNEZ-VOUS
À LA PUBLICATION
ABONNEZ-VOUS À LA PUBLICATION
Voir les formules d’abonnement

1 Au poker, une main désigne la combinaison de cinq cartes détenues par un joueur, dont il compare la force à celle de ses adversaires. 
2 “Heads I win, tails it’s chance : the illusion of control as a function of the sequence of ouctomes in a purely chance task” de Langer, E. J et Roth, J. , (Journal of Personality and Social Psychology, 1975). 
3 “Unskilled and Unaware of it: How Difficulties in recognizing one’s own incompetence lead to inflated Self-assessments », Justin Kruger et David Dunninf, (Journal of Personality and Social Psychology, 1999). 
4 Prix de la Banque de Suède en sciences économiques en 2002, soit l’équivalent du Prix Nobel. 
5 “Capture Success and Efficiency of Dragonflies Pursuing Different Types of Prey”, de Combes SA, Salcedo MK, Pandit MM et Iwasaki JM. (Integrative and Comparative Biology, 2013). 
6 “5 Signs of Lying That Aren’t as Foolproof as You’d Think” de Temma Ehrenfeld, (PaulEkmanGroup, novembre 2015). 
7 “Closing your eyes to follow your heart: Avoiding information to protect a strong intuitive preference” de Kaitlin Woolley et Jane L Risen, (National Center for Biotechnology Information, 2018). 

© Copyright Business Digest - Tout droit réservé

Françoise Tollet
Publié par Françoise Tollet
She spent 12 years in industry, working for Bolloré Technologies, among others. She co-founded Business Digest in 1992 and has been running the company since 1998. And she took the Internet plunge in 1996, even before coming on board as part of the BD team.