Robots, génomique et big data :
quelles problématiques à venir ?
Premium

Pour lire ce dossier dans son intégralité, devenez Abonné Privilégié ou connectez-vous

Hommes remplacés par des machines, bébés à la carte, éclatement de la sphère privée et prolifération de la cybercriminalité… Comment vous préparer aux problématiques les plus aigües soulevées par les grandes ruptures technologiques à venir ?

« Pour la majorité des 7,2 milliards de personnes qui peuplent notre planète, l’innovation et la globalisation ont créé des opportunités totalement inédites », constate Alec Ross. Mais en parallèle, la prochaine vague de ruptures technologiques s’accompagne de son lot de nouveaux risques auxquels vous devez vous préparer en tant que leader.

Adapter les entreprises et les talents à l’essor des technologies d’intelligence artificielle
La finalité de la robotique est de créer « une nouvelle catégorie de ‘personnes artificielles’ au service de l’être humain ». Ce que confirme d’ailleurs l’étymologie même du mot « robot », dérivé de deux termes tchèques : rabota (« travail obligatoire ») et robotnik (« serf »). Voitures autonomes, livraisons par drones, robots chirurgiens, professeurs assistants robotisés… ce qui n’était qu’un rêve au siècle dernier devient aujourd’hui réalité. Et si l’innovation dans le domaine de la robotique laisse présager d’incroyables avancées dans les années à venir, elle promet aussi de bousculer très profondément les codes du marché du travail.

Se préparer aux informations que le séquençage génomique va dévoiler
« Le coût d’un séquençage génomique se rapproche des 1 000 dollars, objectif fixé il y a plusieurs années. Et, si la technologie ne peut pas encore être mise à la portée de milliards de personnes, ce sera le cas dans vingt ans. Ainsi, tout individu qui le souhaitera pourra prochainement demander le séquençage de son génome », explique le professeur d’oncologie Bert Vogelstein qui s’interroge sur l’aptitude de chacun à gérer ce type d’informations. Il insiste sur la nécessité « d’éduquer la population, mais aussi les médecins, sur l’importance ou au contraire l’insignifiance des questions qui risquent de se présenter. » La recherche en génomique soulève bien des interrogations, notamment parce qu’elle ouvre la voie aux fameux « bébés à la carte ».

Confidentialité, sécurité et gouvernance à l’âge des big data
« Les entreprises privées collectent, et revendent, aujourd’hui pas moins de 75 000 données différentes sur le consommateur américain moyen. Et ce chiffre est encore bien faible par rapport à ce qui se profile à l’horizon. 90 % des données numériques dans le monde ont été générées au cours de ces deux dernières années. Tous les ans, le volume de ces données augmente de 50 % », observe Alec Ross, en soulignant que la puissance de toutes ces données va impacter presque tous les domaines de la vie humaine. « La question de la confidentialité, inextricablement liée à nos vies, n’est que la première d’une série de problématiques que soulèvera l’ère du big data. » L’expert s’interroge notamment sur les implications de l’usage massif des données sur la créativité et le libre arbitre de l’homme.

 

La suite dans notre dossier :

L’économie de demain. Une nouvelle vague de tendances s’annonce

BD27201D’après The Industries of the Future: How the Next Years of Innovation Will Transform Our Lives at Work and Home d’Alec Ross (Simon & Schuster, février 2016).