Shape your digital future

Responsables L&D et professeurs d’HEC Paris se sont réunis les 2 et 3 octobre dernier à l’occasion de la 6e édition de l’Atelier Corporate Learning sur le thème « Shape your digital future » (façonnez votre avenir digital), organisé conjointement par HEC Paris, Business Digest et CrossKnowledge. Deux journées d’échanges passionnants sur les tout derniers travaux de recherche et les meilleures pratiques en matière de transformation digitale.

Nous assistons à une véritable explosion des possibles, a observé Kristine de Valck, professeure associée de marketing à HEC Paris, lors de son allocution d’ouverture de cet atelier de 2 jours consacré aux implications de la transformation digitale pour les responsables L&D. Cette explosion des possibles qu’elle qualifie de « cambrienne » est alimentée par l’essor de nouveaux outils digitaux performants et peu coûteux. « Le digital permet des évolutions dont la rapidité et l’ampleur remettent en cause nos habitudes en matière de création de valeur, d’interaction sociale, de travail et, plus globalement, notre manière de penser », explique-t-elle. Cela n’est pas sans conséquences pour les entreprises, et plus particulièrement pour la fonction développement RH (ou L&D). D’une part, la transformation digitale est aujourd’hui l’affaire de tous, et plus seulement du département IT, d’où l’importance du développement des collaborateurs qui devient un levier clé de performance. D’autre part, et c’est là une conclusion importante de cet atelier, bien gérer cette disruption implique moins de maîtriser l’ensemble des outils digitaux que de savoir faire évoluer les mentalités !

De jeunes étudiants invités à participer au débat

Cette édition de l’atelier a, pour la toute première, fois fait appel à des étudiants d’HEC Paris. La participation de ces digital natives aux côtés de responsables L&D chevronnés a alimenté un dialogue ouvert, dynamique et riche en perspectives variées.

 

Réinventer la proposition de valeur : digitaliser le parcours client

L’ère digitale a transformé les consommateurs en « prosumers » ou consommateurs-producteurs, observe Kristine de Valck. La question est dès lors de savoir si toutes les entreprises  doivent s’adapter à cette nouvelle distribution des pouvoirs en réinventant le rôle des clients dans leur proposition de valeur. Un constat s’est imposé parmi les participants : « Le parcours du client digital est aujourd’hui entièrement dicté par l’expérience ». Ils ont par ailleurs interrogé les étudiants d’HEC Paris sur la qualité de leurs expériences client lors de leurs derniers achats : qu’est-ce qui séduit ces jeunes digital natives ? Qu’est-ce qui les rebute totalement ? Qu’est-ce qui pourrait faire d’eux d’ardents défenseurs d’une marque ou au contraire de féroces détracteurs ? Il apparait qu’une interaction fluide est la priorité pour cette nouvelle génération de consommateurs. D’autres critères entrent aussi en ligne de compte : le prix, la commodité, l’individualisation, la transparence, la personnalisation et le support client. Quelles sont les implications pour la formation au sein des entreprises ? « Nous devons faire évoluer l’état d’esprit des employés pour que l’orientation client dépasse les seules fonctions marketing et commerciales. »

 

   

 

Transformer l’architecture de valeur

 

« Avec la 3e révolution industrielle, toutes les entreprises ont mis le pied dans l’ère du digital », note Laurence Lehman Ortega, professeur de stratégie à HEC Paris qui a invité les responsables L&D à réfl échir aux éléments qui constituent l’architecture de valeur de leurs différents modèles d’affaires. Trois grands axes d’optimisation digitale ont ainsi été identifiés : 1) L’automatisation intelligente ; 2) La connectivité pour lier des éléments logistiques jusqu’alors très fragmentés ; 3) L’analyse prédictive pour éclairer la prise de décisions en temps réel. Principale implication pour la fonction L&D : la nécessité, pour améliorer l’architecture de valeur, d’identifier les opportunités que soulèvent l’abondance actuelle de données, la puissance informatique et le machine learning.

Inventer de nouveaux business models

« Le digital inaugure de nouvelles manières de penser les business models », a expliqué le professeur Lehman-Ortega, orientant la discussion sur un modèle d’affaires particulièrement disruptif : « l’entreprise plateforme » (par exemple Uber, Spotify, Netfl ix, etc.). Et penser son activité, voire sa fonction, selon ce modèle peut ouvrir de nouveaux horizons précieux pour tous les leaders, dans toutes les entreprises. Comme l’a souligné Laurence Lehman-Ortega, « c’est une opportunité de renouveler la pensée stratégique que vous devez absolument saisir. »

Déployer l’agilité

« Agilité », voilà un mot aujourd’hui très à la mode ! Or, le risque avec ce type de termes en vogue, est qu’ils se chargent de tellement de sens qu’ils finissent par ne plus rien vouloir dire du tout. Chloé Renault, chercheuse à HEC Paris, a donc proposé aux participants d’essayer de trouver une définition commune au terme « agilité ». Pour les responsables L&D présents, l’agilité est la capacité à s’adapter à des environnements complexes, imprévisibles évoluant rapidement, voire de les façonner. De l’avis général, ces qualificatifs (complexe, imprévisible, à l’évolution rapide) s’appliquent au contexte professionnel de tous aujourd’hui, d’où l’effet de mode autour de ce concept. Mais de quoi les entreprises ont elles besoin pour  gagner en agilité ? De mobiliser l’intelligence collective et de développer leur résilience, ce qui suppose d’encourager une culture de la collaboration, de l’empathie, de l’expérimentation et de la vulnérabilité. En matière de learning, quelles problématiques spécifiques implique l’instauration de ces nouvelles valeurs ? Les participants se sont organisés en petits groupes de réflexion sur cinq problématiques clés, avant de partager leurs conclusions :

1- Comment réinventer les espaces de travail

2- Comment (réellement) donner plus d’autonomie aux collaborateurs de l’entreprise

3- Comment développer une culture qui valorise toutes les contributions

4- Comment réinventer les parcours professionnels et la gestion des talents

5- Comment encourager l’expérimentation (Reportez-vous aux illustrations des résultats de ces sessions de réflexion).

 

Tim Leberecht appelle à favoriser de « belles organisations »

En ouverture de la conférence, Tim Leberecht, auteur germano-américain de The Business Romantic (HarperCollins, 2015), a lancé un appel à préserver l’humain à l’ère du digital. « Le plus grand danger n’est pas d’être remplacé par des machines, mais plutôt de devenir nous-mêmes des machines », a-t-il mis en garde dans son allocution « The future of digital is human » (L’avenir du digital est humain). Selon lui, la meilleure réponse pour contrer cette menace consiste à adopter un « humanisme plus radical », car « la beauté de la vie n’est pas quelque chose qui se dimensionne ou s’optimise ».

Piloter la transformation

« Devez-vous vraiment choisir entre effet d’échelle et agilité ? », demande Robin Adjari, Chief Digital Officer à HEC Paris. Non. Mais piloter une transformation digitale de grande envergure exige des capacités et compétences spécifiques. Côté L&D, l’enjeu est d’aider les managers à développer les nouvelles capacités nécessaires pour devenir des leaders de la transformation:

1. Esprit d’entreprise : aptitude à exposer une vision commune, à prendre des initiatives et à poursuivre les objectifs fixés quels que soient les obstacles en travers du chemin.

2. Leadership : aptitude à gagner l’adhésion des parties prenantes et inspirer les équipes, mobiliser les bonnes ressources et énergies autour du projet.

3. Coaching : aptitude à faire évoluer les autres, en les aidant à fixer des objectifs ambitieux et à les atteindre, avec la bonne dose d’encouragements et de retours.

4. Collaboration : aptitude à créer des communautés, à tirer parti de l’intelligence collective des équipes virtuelles.

 

    

 

Responsables L&D, professeurs d’HEC Paris et étudiants ont bouclé cet atelier nourris de nouvelles idées pour mieux soutenir les transformations de leur organisation en tirant profit du digital. L’objectif de cette édition 2017 – le partage fructueux d’idées pour accompagner la fonction Développement RH autour de la transformation digitale – a donc été pleinement rempli !

 

Pour en savoir plus :

HEC Paris : Gilmore@hec.fr
Business Digest : ftollet@business-digest.eu
CrossKnowledge : michel.thirapounnho@crossknowledge.com

Ou visitez le site d’HEC Paris Executive Education !