Comment Intuit a renoué avec l’agilité de ses débuts Premium

Pour lire ce dossier dans son intégralité, devenez Abonné Privilégié ou connectez-vous

« Comment recréer l’agilité et la proximité relationnelle caractéristiques d’une start-up au sein d’une entreprise de grande envergure ? » Voilà comment Brad Smith, CEO d’Intuit, formule le défi que sa société et ses quelques 8 000 employés ont dû relever en 2008 pour rester à la page sur le marché volatile du logiciel. Depuis 2008, un modèle d’alignement stratégique baptisé « One Intuit » a ainsi été mis en place.

En 1983, inspirés par les possibilités qu’ouvrait l’informatique personnelle, Scott Cook et Tom Proulx ont fondé Intuit, entreprise spécialisée dans les logiciels de comptabilité pour les particuliers et les petites entreprises. À leurs débuts, depuis leur petit bureau de Palo Alto en Californie, l’objectif n°1 était la satisfaction des clients : « Garantir la facilité d’utilisation, un packaging convivial, la résolution rapide des bugs logiciels, et construire la fidélité à la marque… voilà quels étaient les principes directeurs », explique Chris Fussell. Mais à mesure que l’entreprise s’est développée, les silos bureaucratiques et le manque de cohésion entre services ont remis en cause le respect de ces valeurs fondatrices. En 2008, le CEO Brad Smith a dévoilé un modèle d’alignement stratégique pensé pour retrouver l’agilité des débuts d’Intuit, une décision qui explique l’incroyable croissance que connaît l’entreprise depuis près de dix ans.

L’incroyable agilité des débuts d’Intuit

En 1991, parfaitement aligné autour de ses valeurs fondatrices, Intuit a pu damer le pion à un concurrent nettement mieux installé, mais moins réactif : Microsoft. À l’époque, le géant du logiciel comptait déjà 8 200 employés, contre 200 pour Intuit, et affichait un chiffre d’affaires 40 fois supérieur. Voulant conquérir l’ensemble du marché d’Intuit, Microsoft a sorti son propre logiciel de comptabilité, Microsoft Money, deux mois avant la date de lancement de Quicken for Windows, la solution d’Intuit compatible avec les PC tournant sous Widows. Mais quand Microsoft Money est arrivé sur le marché, Intuit a proposé des remises sur la sortie future de Quicken for Windows. Le prix, plus attractif, et les premiers commentaires qui vantaient le packaging supérieur et la plus grande facilité d’utilisation de Quicken par rapport à Money, ont convaincu les utilisateurs d’attendre deux mois plutôt que de se ruer sur le produit Microsoft. « Lorsque Microsoft a compris ce qui s’était passé, le géant a lancé à son tour des remises sur son produit, mais l’effet voulu n’a pas été au rendez-vous, explique Chris Fussell. La vaste campagne de promotions engagée par Microsoft a sérieusement réduit le potentiel de marges pour les distributeurs et les a donc incités à mettre en avant en priorité Quicken for Windows à leurs clients ».

Une croissance favorisant la dispersion des équipes et les silos

Extrait de Business Digest N°279, septembre 2017

Pour aller plus loin

Retrouvez notre dossier en intégralité

La synthèse

One Mission

Le cas

Comment Intuit a renoué avec l'agilité de ses débuts

La fiche pratique

5 étapes clés pour des équipes plus agiles, donc plus efficaces

Pour lire l'intégralité du dossier, vous devez être abonné :

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous

Abonnement classique

Business Digest classique

190 euros HT

(TVA 2.1%)

Je m’abonne
Abonnement numérique

Business Digest numérique

390 euros HT

(TVA 2.1%)

Je m’abonne
Abonnement premium

Business Digest premium

535 euros HT

(TVA 2.1%)

Je m’abonne