Loading...

Ne confondez plus débordé et efficace  

On s'échauffe !
On s’arrête
On pense mieux
Testez vous 
On conclut

Sauriez-vous sortir de l’inefficacité agitée ?

Vous vous sentez plonger dans la spirale infernale des tâches qui n’avancent pas mais colonisent tout votre temps de cerveau disponible ? Quelles seraient les solutions pour sortir de l’ornière de l’inefficacité agitée ? Comment lever les blocages et en finir avec la culpabilité ? 

Adhérer à une routine résout les blocages.  

Vrai
Faux
Exact !
Suivre un planning détaillé rassure et procure une impression de maîtrise. Mais les routines idéales sont précaires et vouées à l’échec. Certes, structurer vos journées permet de ne pas vous poser de questions en permanence. Ainsi, lorsqu’il était président des Etats-Unis, Barack Obama portait uniquement des costumes bleus et gris afin de ne pas perdre du temps à se décider le matin. Mais agir constamment en « auto-pilote » est épuisant. Pire, le mécanisme de la réactance psychologique peut conduire à l’inverse de ce que vous espérez : si vous vous sentez trop contraint par votre organisation millimétrée, vous allez justement la faire dérailler. Mieux vaut miser sur la souplesse. 
Inexact !
Suivre un planning détaillé rassure et procure une impression de maîtrise. Mais les routines idéales sont précaires et vouées à l’échec. Certes, structurer vos journées permet de ne pas vous poser de questions en permanence. Ainsi, lorsqu’il était président des Etats-Unis, Barack Obama portait uniquement des costumes bleus et gris afin de ne pas perdre du temps à se décider le matin. Mais agir constamment en « auto-pilote » est épuisant. Pire, le mécanisme de la réactance psychologique peut conduire à l’inverse de ce que vous espérez : si vous vous sentez trop contraint par votre organisation millimétrée, vous allez justement la faire dérailler. Mieux vaut miser sur la souplesse. 

Il n’y a pas de « bonnes » et de « mauvaises » décisions.  

Vrai
Faux
Exact !
Il est impossible de prévoir les conséquences d’une décision : n’hésitez donc pas trop longtemps lorsque vous êtes amené à trancher ; suivez votre instinct ou vos valeurs au lieu de chercher le choix « raisonnable ». A posteriori, ne perdez pas de temps à regretter la voie que vous n’avez pas empruntée. Mieux vaut vous laisser aller au biais cognitif du « soutien du choix », qui revient à attribuer des qualités positives à l’option choisie, plutôt que vous livrer à vos doutes. 
Inexact !
Il est impossible de prévoir les conséquences d’une décision : n’hésitez donc pas trop longtemps lorsque vous êtes amené à trancher ; suivez votre instinct ou vos valeurs au lieu de chercher le choix « raisonnable ». A posteriori, ne perdez pas de temps à regretter la voie que vous n’avez pas empruntée. Mieux vaut vous laisser aller au biais cognitif du « soutien du choix », qui revient à attribuer des qualités positives à l’option choisie, plutôt que vous livrer à vos doutes. 

Une fois l’obstacle surmonté, tout n’ira pas mieux.  

Vrai
Faux
Exact !
En raison du phénomène de l’adaptation hédonique, votre cerveau s’adapte (trop) vite aux circonstances. Dès que vous réglez une situation, il passe aussitôt à la suivante : si votre salaire augmente, vos attentes et vos désirs augmentent de pair, ce qui n'entraîne, au final, aucun mieux-être. La poursuite de l’amélioration est donc sans fin - et le processus de procrastination aussi. 
Inexact !
En raison du phénomène de l’adaptation hédonique, votre cerveau s’adapte (trop) vite aux circonstances. Dès que vous réglez une situation, il passe aussitôt à la suivante : si votre salaire augmente, vos attentes et vos désirs augmentent de pair, ce qui n'entraîne, au final, aucun mieux-être. La poursuite de l’amélioration est donc sans fin - et le processus de procrastination aussi. 

Mieux vaut commencer une tâche avec la fin en tête 

Vrai
Faux
Exact !
Vous commencez plus facilement les tâches dont vous connaissez le déroulement, le but et l’horaire d’achèvement. Enclenchez votre minuteur pour chaque session de travail dédiée à une tâche. 

D’une façon générale, créez des limites pour démarrer : Catégorisez vos travaux en trois colonnes : à faire, en cours, fait. Respectez deux limites clefs : 1/ n’ayez jamais plus de trois tâches « en cours » en même temps 2/ assignez à chacune une durée limitée, précise et réaliste. Et fixez-vous vos propres dates butoirs ! 
Inexact !
Vous commencez plus facilement les tâches dont vous connaissez le déroulement, le but et l’horaire d’achèvement. Enclenchez votre minuteur pour chaque session de travail dédiée à une tâche. 

D’une façon générale, créez des limites pour démarrer : Catégorisez vos travaux en trois colonnes : à faire, en cours, fait. Respectez deux limites clefs : 1/ n’ayez jamais plus de trois tâches « en cours » en même temps 2/ assignez à chacune une durée limitée, précise et réaliste. Et fixez-vous vos propres dates butoirs ! 

N’investissez pas tous vos espaces (surtout si vous travaillez à domicile). 

Vrai
Faux
Exact !
Bien au contraire ! Créez des lieux dédiés pour chacune de vos activités, qui ancreront vos habitudes de travail. Ayez par exemple deux bureaux : un pour rédiger à la main, l’autre pour utiliser votre ordinateur. Ou deux chaises : une pour le travail, l’autre pour vos pauses. 

Si vous ne pouvez pas ajuster votre environnement physique à vos activités, utilisez des rituels basés sur vos sensations. Par exemple, pour marquer la fin d’une journée de travail allumez une bougie, faites-vous du thé, écoutez de la musique, fermez la porte, etc. 
Inexact !
Bien au contraire ! Créez des lieux dédiés pour chacune de vos activités, qui ancreront vos habitudes de travail. Ayez par exemple deux bureaux : un pour rédiger à la main, l’autre pour utiliser votre ordinateur. Ou deux chaises : une pour le travail, l’autre pour vos pauses. 

Si vous ne pouvez pas ajuster votre environnement physique à vos activités, utilisez des rituels basés sur vos sensations. Par exemple, pour marquer la fin d’une journée de travail allumez une bougie, faites-vous du thé, écoutez de la musique, fermez la porte, etc. 

Vos résultats

/ 5

De 0 à 2 : Allo …… !

Aie, vous avez une petite tendance à confondre vitesse et précipitation. Au risque d’être franchement déstabilisé.e. Vous devez probablement tourner en rond comme un hamster dans sa cage. Commencez déjà par vous arrêter, faire le point et vous poser – sincèrement – cette question : qu’est-ce que vous voulez vraiment, dans le fond ?

De 3 à 4 : C’est pas encore ça

Vous avez suffisamment d’énergie pour continuer à avancer, de passion pour ne pas vous sentir découragé.e, mais au prochain couac, vous risquez de baisser les bras. Vous n’êtes pas vraiment stable dans le mouvement. Attention à prendre soin de vous, car garder l’envie de se bouger dans la durée impose de savoir aussi se préserver.

De 4 à 5 : wouah !

Vous êtes au taquet ! Vous ne vous laissez pas leurrer par l’urgence du moment. Vous avez certainement identifié ce qui compte pour vous, vous êtes ancré et stable dans le mouvement. Dans votre vie pro comme perso. Vous gardez l’envie de bouger, mais faites attention à ce que vos équipes vous suivent aussi sur le même chemin !

 

Si vous avez 5 minutes de plus

Débloquez-vous ! (dans la bonne humeur)

Vous n’avancez pas sur une tâche – voire vous n’arrivez carrément pas à vous y mettre ? Découvrez des solutions pour sortir de l’ornière : vous redonner un cadre, protéger votre attention, laisser de l’espace pour improviser mais aussi, simplement, accepter de relâcher la pression.

Fiche pratique d’après I Didn’t Do the Thing Today de Madeleine Dore, Avery, Penguin Random House, 2022.