Comment s’entrainer à contrer les menaces asymétriques ?

Une menace asymétrique est imprévisible. La probabilité qu’elle survienne est très faible. Mais, elle est extrêmement coûteuse à prévenir et cause des dégâts considérables. Cela vous rappelle quelque chose ? Les crises asymétriques génèrent un sentiment d’impuissance, mais vous pouvez en limiter les dégâts.

La crise du Covid-19 vous a pris de cours et une fois la sidération passée, la tentation serait forte de chercher à tout prévoir pour ne plus se laisser surprendre, ou de se raccrocher à un plan de contingence probablement inadapté. En réalité les catastrophes sont souvent la combinaison improbable de plusieurs facteurs ; d’autres essaieront de se raccrocher à un plan de contingence probablement inadapté.

Wolfowitz, Rivera et Ware proposent plutôt de préparer un plan global pour faire face à chacun de ces scénarios catastrophe : 1) dommages durables apportés à vos infrastructures (action terroriste, blocage,…) ; 2) faille technologique (vol de données, brèches de sécurité dans une technologie clé,…) ; 3) catastrophes naturelles (inondation, ouragan, tremblement de terre, tsunami, incendies,…). Attention à cette catégorie, ces risques sont souvent sous-estimés ! 4) ou nouvelles formes de guerres entre États (attaques cyber, espionnage industriel, …).

Pour chacun de ces cas possibles, y compris ceux qui seraient a priori impensables, ils suggèrenet de ‘sentrainer, s’entrainer et s’entrainer :

– Simulez ces crises, testez les plans, ajustez-les et répétez régulièrement pour ancrer les bons réflexes.

– Mettez l’accent sur l’intelligence économique et la collecte d’informations : comment repérerez-vous le plus en amont possible les signaux annonciateurs d’une crise asymétrique ?

Plus que sur le plan lui-même, travaillez plutôt sur les processus : ce sont eux qui vous aideront à faire face le jour venu.

 

Pour aller plus loin : « Planning for the unexpected », Strategy+Business, Paul Wolfowitz, Kristin Rivera, Glenn Ware, 9 octobre 2018.