Une noble cause ne fait pas tout

A priori, vous pourriez croire qu’un hôpital spécialisé dans le traitement des cancers les plus rares a un bien plus fort taux d’engagement de ses équipes qu’une chaine de grande distribution ? Votre a priori est faux.

C’est même une idée fausse diffusée largement dans les entreprises comme dans nombre de livres et articles sur le management. Or si l’engagement repose certes sur une noble cause, cette condition nécessaire est loin d’être suffisante pour engager les troupes. 

Le contre-exemple qui illustre cette affirmation, hôpital versus distrib, est issu d’une étude réalisée par Rob Cross, Amy Edmondson et Wendy Murphy dans plus de 300 entreprises pendant 20 ans. Leur conclusion ? une noble cause (ou Purpose) ne suffit pas si elle n’est pas portée par des comportements managériaux favorisant une collaboration performante, clé de l’engagement et d’une transformation réussie. 

Les chercheurs offrent un schéma des trois étapes clés vers une collaboration productive avec 1) la confiance pour cultiver une noble cause 2) la noble cause qui génère l’énergie 3) l’énergie qui favorise l’engagement et donc la collaboration. 

Ils décrivent les comportements attendus à chaque étapes (27 au total), et vous invitent à évaluer votre dynamique : êtes-vous sur la bonne voie d’une collaboration performante qui engagera vos équipes ? Et le jour où vous aurez envie de galvaniser et mobiliser vos troupes par un discours plein d’ambition (« PARCE QUE C’EST NOTRE PROJET !») demandez-vous, avant tout, si vos propres comportements sont adéquats pour engager tout le monde.      

    

Pour en savoir plus : « A noble purpose alone won’t transform your company » de Rob Cross, Amy Edmondson et Wendy Murphy (MIT Sloan Management Review, 10 décembre 2019)