Quel est le problème ? Premium

Pour lire ce dossier dans son intégralité, devenez Abonné Privilégié ou connectez-vous

En règle générale, vous détestez autant les problèmes que vous adorez les solutions. Rien de très étonnant : qui ne préfèrerait pas se projeter dans un futur désirable plutôt que de s'appesantir sur un présent insatisfaisant ? Mais c'est sans compter sur les biais cognitifs qui brouillent l'appréciation des problèmes et vous aiguillent sur des voies inadaptées. Pour éviter de tomber amoureux des mauvaises solutions apprenez à entrer dans l'intimité de vos problèmes.

Imaginer demain et trouver des solutions aux préoccupations du moment, c’est comme répondre à un contrôle de maths : tant que nous n’avons pas bien compris tous les termes d’un problème, nous n’avons aucune chance de trouver la solution. Or analyser un problème, c’est aussi prendre en compte l’ensemble des éléments qui ont pu contribuer à son émergence : événements antérieurs, parties prenantes extérieures, éléments du contexte… Et une bonne formulation d’un problème ne suffit pas toujours à élaborer la bonne solution : il est tout autant nécessaire d’aller chercher l’inspiration ailleurs, là où le problème ne se pose pas, ou là où une situation similaire a déjà été vécue par d’autres.

Cadrez votre problème…

« S’il n’y a pas de solution c’est parce qu’il n’y a pas de problème », disaient les Shadoks. Nous dirons plutôt : si vous n’avez pas de bonne solution, c’est peut-être parce que vous n’avez pas le bon problème ! Avant de vous lancer à corps perdu dans la recherche de la meilleure idée possible pour sortir d’une situation donnée, prenez le temps d’analyser cette dernière. Commencez par circonvenir votre sujet en une courte phrase qui commencera idéalement par « le problème, c’est que… » Notre conseil : dans un premier temps collez à la description du problème telle qu’il vous a été présenté initialement, sans essayer de l’interpréter. Ainsi, face à des collaborateurs qui se plaignent du temps qu’ils perdent à attendre l’ascenseur dans votre immeuble, la meilleure formulation sera « le problème, c’est que les gens se plaignent de l’attente de l’ascenseur » et pas « le problème, c’est que notre ascenseur est trop lent ». En effet, même si la seconde formulation vous paraît plus factuelle, elle couvre en fait un champ très différent de la première. Face à un ascenseur lent, vous chercherez une réponse technique, alors que face à des gens impatients, vous chercherez une réponse psychologique (pourquoi pas un miroir à côté de l’ascenseur, histoire de détourner l’attention des visiteurs vers un sujet qui les captive vraiment ?)

…Pour mieux sortir du cadre

 

Extrait de Business Digest N°306, Mai 2020

Pour aller plus loin

Retrouvez notre dossier en intégralité

Point de vue

Quel est le problème?

Boîte à idées

3 idées pour parfaire la résolution de problème

À vous de jouer !

Comment faire accepter un recadrage ?

Pour lire l'intégralité du dossier, vous devez être abonné :

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous

Abonnement classique

Business Digest classique

190 euros HT

(TVA 2.1%)

Je m’abonne
Abonnement numérique

Business Digest numérique

390 euros HT

(TVA 2.1%)

Je m’abonne
Abonnement premium

Business Digest premium

535 euros HT

(TVA 2.1%)

Je m’abonne