Faites le tri dans vos routines Premium

Pour lire ce dossier dans son intégralité, devenez Abonné Privilégié ou connectez-vous

Vous pensez tout maîtriser par la force de votre volonté ? Erreur : ce sont vos habitudes qui forgent votre conduite. Elles facilitent la traversée de crises, telles que celle du Covid-19, quand elles sont pertinentes. Mais inadaptées, elles sont un frein à l’agilité nécessaire pour réagir. Et si l’après-crise était l’occasion de remettre les compteurs à zéro ?

Le pouvoir de la volonté est toujours surestimé. Résultat, quand un objectif vous échappe, vous culpabilisez, vous accusant de faiblesse, d’incompétence ou de défaillance. Halte à l’auto-flagellation ! Selon Wendy Wood, vous n’êtes pas des « Homo Economicus », ces optimisateurs d’utilité parfaits et infaillibles, tels que théorisés par John Stuart Mill. Le mantra « just do it » ne fonctionne pas, surtout dans les périodes d’incertitude et de stress telles celle que nous venons de traverser. Les énergies, focalisées sur les réflexes de survie, laissent peu de marge de manœuvre. Rien à voir avec une quelconque déficience ! Atteindre vos objectifs ne s’obtient pas par un contrôle surhumain, féroce, H24, sur la moindre de vos actions mais plutôt par la capacité à vous forger de bonnes habitudes, durables et résilientes, notamment en temps de crise. Cela implique aussi de savoir en changer quand nécessaire, en surfant sur les moments de disruption qui créent un nouveau contexte, favorable à l’adoption de nouveaux comportements. Une fenêtre d’opportunités peut ainsi s’ouvrir dans le sillage de la crise sanitaire.

Vos habitudes vous guident plus que votre volonté

L’efficacité est davantage liée à l’adéquation de vos habitudes à vos objectifs qu’à la force de votre volonté. D’après une étude menée par Wendy Wood1, 43 % de vos actions sont réalisées par habitude, sans intervention de votre pensée consciente. C’est le biais cognitif dit de « l’illusion de l’introspection » qui vous fait surestimer votre capacité de contrôle sur vos actions et vos décisions. Pour preuve, une prise de conscience est rarement synonyme de changement de comportement : si la campagne « Manger 5 fruits et légumes par jour » a sensibilisé les Américains aux vertus d’une alimentation plus équilibrée (8 % connaissaient le slogan en 1991, contre 39 % en 1997), la proportion d’entre eux appliquant la recommandation est restée stable, à 11 %. La volonté ne s’exerce que sur des actions faciles ou ponctuelles. Pour toute action répétée et nécessitant un effort, le cerveau humain se met en mode « habitude ».

Répéter une expérience a le pouvoir de la rendre agréable, même si elle ne l’est pas au début. Veillez à la choisir soigneusement, pour ne pas finir par apprécier une situation bancale, voire carrément nocive, juste par habitude !

Mais vous gardez le pouvoir de les forger

1 « Habits in Everyday Life : Thought, Emotion and Action », Wendy Wood, Jeffrey M. Quinn and Deborah A. Kashy, Journal of Personality and Social Psychology n° 83 (2002)

 

Extrait de Business Digest N°307,  Juin 2020

Pour aller plus loin

Retrouvez notre dossier en intégralité

Point de vue

Nouveaux objectifs, nouvelles habitudes

Boîte à idées

3 habitudes à changer post Covid-19

À vous de jouer !

Ancrer une nouvelle habitude dans la durée

Pour lire l'intégralité du dossier, vous devez être abonné :

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous

Abonnement classique

Business Digest classique

190 euros HT

(TVA 2.1%)

Je m’abonne
Abonnement numérique

Business Digest numérique

390 euros HT

(TVA 2.1%)

Je m’abonne
Abonnement premium

Business Digest premium

535 euros HT

(TVA 2.1%)

Je m’abonne