Et maintenant, que faisons-nous ? Premium

Pour lire ce dossier dans son intégralité, devenez Abonné Privilégié ou connectez-vous

Au XIVe siècle la peste noire a vidé les campagnes, contraignant les seigneurs à rémunérer les paysans pour leur labeur. 600 ans plus tard, la grippe espagnole contribuait directement à la naissance d’une médecine socialisée. Et vous, qu’allez-vous construire de bon pour l’humanité à partir de la catastrophe Covid-19 ?

Si elle met à mal toute l’économie mondialela pandémie de Covid-19 cependant rendu possible l’impensable : desserrement de l’étau budgétaire, remise en cause des règles du jeu, retour en grâce de l’état-providence, chute significative des émissions de gaz à effet de serre.  Bien sûr nous savons que cette situation n’est que transitoire mais ne pourrions-nous pas créer collectivement les conditions nécessaires pour que ses effets bénéfiques perdurent dans le temps ? Par où commencer… Peutêtre tout simplement par se poser les bonnes questions. 

 

1 – Renoncer au futur ou recommencer comme avant  

 

Pour certains, l’urgence est de relancer la machine et tout miser sur la croissance. La seule attitude raisonnable serait de faire comme si la crise n’avait pas existé et continuer à créer de la valeur sans toucher aux règles du jeuMais une large majorité plaide au contraire pour un changement massifavec des prises de position parfois surprenantescomme celle de Patrick Artus, chef économiste de la banque Natixis qui annonce sans le moindre regret la « fin du capitalisme néolibéral1 ». Faudrait-il donc renoncer au futur tel que nous l’imaginions ? Et pourquoi pas, tant celui-ci apparaît déjà obsolète et inadapté au monde fragile qui sera le nôtre dans les années à venir. Loin de se contenter de l’idée de décroissance, des penseurs comme l’environnementaliste Deepa Pullanikkatil ou les chercheurs de l’initiative Closing Worlds2 proposent de désaffecter des pans entiers de l’économie pour rediriger les capitaux vers des activités soutenablesDe doux rêveurs ? Pas forcément : Ford imagine déjà un monde sans voiture tandis que Michelin travaille sur l’après-pneu. Le philosophe Bruno Latour3 propose une trajectoire de transition jalonnées de grandes questions : quelles sont les activités que vous souhaiteriez ne pas voir redémarrer et pourquoi ? À l’inverse quelles activités jugezvous prioritaires ? Comment la disparition des premières peut-elle favoriser l’épanouissement des secondes ? Que faut-il faire pour permettre la transition des hommes comme des flux financiers ?  

 

 Rappeler tout le monde au bureau ou réenchanter la distance ? 

 

 

1. « Le Covid-19 sonnera-t-il le glas du capitalisme ? », par Pierre Rondeau, (Slate, avril 2020).
2. « Il faut renoncer aux futurs déjà obsolètes », par Alban Agnoux, Aurélien Fabre et Bastien Marchand, (Usbek&Rica, mai 2020).
3. « Imaginer les gestes-barrières contre le retour à la production d’avant-crise », par Bruno Latour, (AOC, mai 2020).

Extrait de Business Digest N°307,  Juin 2020

Pour aller plus loin

Retrouvez notre dossier en intégralité

Point de vue

Recommencer ou réinventer ? 5 questions pour le monde d'après

Boîte à idées

3 points de vue sur ce qui pourrait devenir la nouvelle norme

À vous de jouer !

Comment développer une culture de la débrouille

Pour lire l'intégralité du dossier, vous devez être abonné :

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous

Abonnement classique

Business Digest classique

190 euros HT

(TVA 2.1%)

Je m’abonne
Abonnement numérique

Business Digest numérique

390 euros HT

(TVA 2.1%)

Je m’abonne
Abonnement premium

Business Digest premium

535 euros HT

(TVA 2.1%)

Je m’abonne