Devenir imperturbable, un superpouvoir inaccessible  ?

En 2014, le coach en comportement Nir  Eyal racontait dans son livre Hooked le pouvoir des technologies et produits « générateurs d’habitudes ». Aujourd’hui, alors que le monde se dispute notre attention, il revient avec un nouveau modèle pour nous apprendre à y résister.

Comment peut-on devenir « imperturbable», comme le décrit Nir  Eyal ? Se pourrait-il qu’il regrette son rôle de père fondateur de la technologie addictive ? Peut-être aurait-il préféré que Hooked ne figure jamais sur nos étagères ? Pas le moins du monde ! En fait, selon Nir  Eyal, nous ne pouvons pas tenir la technologie pour responsable de notre inattention. Ce sont les utilisateurs qui ne doivent pas se laisser distraire !! 

Dans une critique plutôt mordante du dernier ouvrage de Nir  Eyal, l’auteur et éminent théoricien en économie de l’attention, James  Williams, dénonce la logique particulièrement bancale sur laquelle l’œuvre s’appuie. Il compare notamment les arguments de l’auteur à ceux des avocats américains qui défendent le port d’arme : « les armes ne tuent pas les hommes ; les hommes tuent les hommes ». (Évidemment, cette dichotomie est erronée : c’est bien sûr l’association « homme-arme » qui pose problème.) 

D’après lui, Nir  Eyal nous pousse à « réclamer des « superpouvoirs » que nous ne pouvons obtenir à cause de nos limitations bien humaines », ce qui est irresponsable. Par ailleurs, l’argumentaire de Nir  Eyal va à l’encontre de tout ce que nous savons aujourd’hui sur les soi-disant limites du self-control chez l’être humain, comme l’explique Wendy  Wood dans son nouveau livre Good Habits, Bad Habits. Ce livre, qui nous enseigne lui aussi à résister aux distractions, ne souffre pas de l’attitude défensive de Nir  Eyal quant à l’éthique de son « persuasive design »  

 

Pour en savoir plus :

 

« Letting tech off the hook » de James Williams (The Guardian, 18  octobre  2019)