Vitalité, encore un nouveau KPI  ?

La vitalité, c’est le nouvel indice de mesure et d’évaluation des organisations, défini par le BCG et donnant lieu à l'indice Fortune Future 50 en partenariat avec le magazine Fortune. Mais quoi de neuf  ?

Ça vaut le coup de regarder cet indice de près : la vitalité des entreprises leur permettrait de se réinventer pour l’avenir tout en garantissant de solides performances dans le présent. Or la création de valeur repose, entre autres, sur des perspectives de croissance durable. Perspectives qui s’amoindrissent compte tenu, d’une part, du déclin de la croissance économique à long terme et d’autre part de l’épuisement de plus en plus rapide des nouveaux modèles économiques. Pire encore, les mesures les plus couramment utilisées de création de valeur (croissance, part de marché et rentabilité) ne mesurent que ce qui s’est passé – or les performances passées sont de moins en moins un prédicteur du succès futur. Donc ce nouvel indice, la vitalité, se concentre sur le long terme en facilitant même pour les viathans la capacité à se réinventer. « L’indice intègre des facteurs permettant de prédire le succès à long terme, organisés en cinq piliers : le potentiel du marché ; stratégie, technologie et investissement ; personnes ; et la structure ».  

Certes les entreprises à l’indice le plus élevé sont plutôt dans la techno ; à 25 % dirigées par des femmes (vs 17 % pour les autres) ; et ne sont pas nécessairement celles qui affichent les performances les plus élevées. En revanche, elles ont manifestement développé une véritable « ambidexitré », cette capacité à gérer et réinventer l’entreprise en même temps. Franchement allez plus loin et lisez l’article ! 

 

Pour en savoir plus :   Achieving Vitality in Turbulent Times, (BCG Henderson Institute Octobre 2019)