Surconsommation digitale ou indigestion environnementale ?

Si le digital est une révolution de nos modes de vie et de travail, il n’entre pas forcément en communion avec la nature… Entre décroissance digitale et responsabilité individuelle, peut-on trouver des alternatives au numérique si peu soucieux de l’environnement ?

François Houste, directeur conseil de l’agence digitale Plan.Net France, se questionne : tout ce qui est fait en ligne, que ce soit dans un cadre pro ou perso, est-il bien sérieux ? Car s’il a permis une véritable révolution de nos quotidiens, le digital et sa surconsommation n’en demeurent pas moins néfaste pour la planète. Selon l’article Civilisation numérique : vers la fin de la blague ?les Data Center sont pris pour cibles : en Chine, ils émettent autant de CO2 que 21 millions de véhicules. Et ce sont nos actions qui les alimentent : envois de mails, publications sur les réseaux sociaux, utilisation de logiciels etc.  

Les géants du net (les GAFA) stimulent cet engrenage. Notre utilisation démesurée du numérique ne fait qu’accroître leur soif de développement. Cercle vicieux dans lequel nous sommes tous impliqués. Nous avons donc un challenge de taille : réconcilier environnement et digital, en modérant notre connexion abusive, pour une utilisation intelligente. Car si la fin de l’automobile n’est plus un tabou, alors pourquoi ne pas imaginer une décroissance numérique ? La solution à la surconsommation énergétique n’est pas dans la multiplication des outils numériques, mais dans la proposition de solutions alternatives au numérique. Et chiffrées, pas en euros mais en carbone. 

À nous tous, individuellement, de réfléchir à notre responsabilité et aux alternatives à apporter à notre surconsommation digitale, pour que cette révolution, qui annonçait des lendemains chantants ne devienne pas un fléau environnemental.  

Pour en savoir plus : « Civilisation numérique : vers la fin de la blague ? »  (de François Houste, directeur conseil au sein d’une agence de design digitalUsbek & Rica, octobre 2019)