Trop d’excuses tue l’excuse !

« Pardon, mais … », « Désolé, je … » Commettre une erreur et s’excuser est la moindre des politesses. Mais est-il nécessaire de le faire tout le temps et pour tout ?

Vous excuser à chaque fois que vous souhaitez deux minutes d’attention, poser une question, exprimer un désaccord et même vous excuser de vous excuser fait de vous une victime du « sorry syndrom ». Selon un article publié par le New York Times, les femmes en seraient les plus atteintes. Une série d’études convergent toutes sur le fait que les hommes et les femmes n’accordent pas la même importance à l’excuse, ces dernières se persuadant être rapidement dans l’offense quand les premiers trouvent plus d’inconvénients à s’excuser qu’à ne pas le faire. Est-ce vraiment un sujet ? Si s’excuser est bénéfique pour tous et permet de vivre en harmonie les uns avec les autres, dans le cadre professionnel cette attitude est souvent perçue comme un signe de faiblesse et un manque de confiance, alors même qu’elle est une marque d’empathie. Deborah Tannen, Professeure en linguistique à Georgetown propose donc de bien réfléchir à l’impact d’une excuse, pour éviter de passer pour fragile et faible. Pas si facile à faire, concernant la gente féminine, sous-estimée si elle pratique l’excuse mais jugée agressive si elle parait plus confiante. Aie ! Pour tout pratiquant régulier de l’art de l’excuse, à vous de trouver un équilibre entre votre style de communication et la manière dont les autres le perçoivent, en vous posant ces 4 questions clés : 1) Vous demander pourquoi vous vous excusez, 2) Observer le comportement des personnes autour de vous 3) Savoir quand des excuses sont nécessaires, 4) Expliquer pourquoi vous vous excusez afin d’éviter tout malentendu. 

En tout état de cause, n’arrêtez pas de vous excuser ; vous demander d’arrêter de le faire serait comme exiger de vous de ne plus dire ni bonjour ni au revoir.  

Pour en savoir plus : « No, You don’t Have to stop apologizing (New York Timesjuillet 2019)