Feriez-vous du « Cargo Cult » sans le savoir ?

« Le Cargo Cult » ? Ou comment imiter des comportements sans en comprendre le fonctionnement en espérant obtenir les mêmes résultats. Évidemment, ça ne marche pas.

Dans la première moitié du 20e siècle, les aborigènes de Mélanésie virent débarquer d’incroyables marchandises en avion-cargo. Éblouis, mais ignorant les modalités de production occidentales, ils imitèrent leurs colonisateurs pour obtenir les mêmes résultats – d’où la métaphore du « cargo cult » : ils firent des radios en bois, des avions en paille, des pistes d’atterrissage en sable… mais n’obtinrent aucune des merveilles convoitées. Gardons-nous de toute condescendance à leur égard : quand nous mettons en place des processus agiles, quand nous pensons que Lean Start-up et SCRUM sont des méthodes pour réaliser plus vite et moins cher, nous ne faisons guère mieux.

Imiter des pratiques sans faire bouger le principal – i.e. l’état d’esprit, le style de leadership et la culture, n’est pas seulement aussi inefficace qu’un avion en paille, mais est surtout contreproductif : l’illusion d’avoir raison suscite des rigidités chez les uns, l’incompréhension des autres, ajoute des contraintes qui entravent l’avènement d’une vraie transformation. Plus la culture de l’organisation est éloignée de la culture agile, puis le changement par copier/coller génère inertie, résistance et affrontement. Une organisation véritablement agile adopte un état d’esprit d’amélioration continue impitoyable, pour éradiquer tout funeste Cargo Cult ou Zombie Scrum…

 

Pour en savoir plus :

Cargo Cult Agile, vidéo d’Émilie Esposito, (Mixit, 2017)
« Cargo Cult Agile » de Leontranter (Extreme Uncertainty, février 2017)