« Je suis venu te dire que je m’en vais… » (pour mieux revenir) !

Si démissionner a longtemps été perçu comme un acte de haute trahison, l’émergence des « salariés boomerang » fait peu à peu dégeler les mentalités. Ce phénomène curieux embarque son lot de questions : pourquoi sont-ils partis ? Que peut vous apporter leur réintégration?

Passages à vide, besoin d’explorer son potentiel, ou de se recentrer… Toute raison justifiant une démission. Mais le « salarié boomerang » est celui qui revient, après avoir exploré de nouvelles contrées ; cependant, quelques précautions sont à prévoir avant de le réintégrer, comme savoir si son départ s’était fait dans de bonnes conditions ou si sa réintégration n’est pas susceptible de froisser ceux qui sont restés fidèles.

Le salarié boomerang peut représenter un avantage considérable : il connaît déjà votre service ou vos produits, il dispose d’un regard neuf sur l’ensemble des activités, il a de nouvelles compétences et dispose des idées et une motivation sans frontières pour s’installer durablement au sein de votre équipe. Car en général, un tel retour est fait pour durer, valeur chère à l’heure où les talents convoités présentent un turn-over important.

Par conséquent, laissez une chance à ces retours, mettez de côté les émotions et concentrez-vous sur ce qu’ils peuvent apporter. Et si vous êtes-vous même un « manager boomerang », évitez la nostalgie des jours heureux et pensez plutôt à la valeur ajoutée que vous pourriez apporter à votre équipe.

En savoir plus :

« Salariés, ils sont partis de leur boîte… Pour mieux revenir» (Capital.fr, janvier 2019)