Comprendre les nouvelles règles du pouvoir Premium

Pour lire ce dossier dans son intégralité, devenez Abonné Privilégié ou connectez-vous

Quel est le point commun entre le développement d’Airbnb, la destitution du Premier ministre arménien, les gilets jaunes et la commercialisation d’une navette autonome, durable et imprimée en 3D ? Réponse : toutes ces initiatives ont mobilisé une nouvelle forme de pouvoir qui leur a permis de grandir en s’appuyant sur le partage et l’appropriation.

Grâce à une nouvelle relation au pouvoir, de nombreuses idées peuvent émerger, se propager et prendre vie rapidement. Rien d’étonnant à ce que ce « nouveau pouvoir » soit devenu le fer de lance de tous les acteurs qui veulent avoir un impact positif sur la société, même sans disposer des ressources, des recettes et des réseaux des organisations classiques, entreprises, associations et administrations.

Ancien pouvoir vs nouveau pouvoir : de quoi parle-t-on ?

Pendant des siècles le pouvoir a conservé la même forme : il fonctionnait comme une monnaie à la main d’une poignée de dirigeants et dans une dynamique strictement descendante allant, en s’amenuisant, du sommet vers la base. Ses valeurs : la gouvernance formelle, la compétition, l’exclusivité, la consolidation des ressources, la confidentialité, l’expertise, le professionnalisme, la spécialisation, la fidélité à long terme.

Avec l’avénement d’Internet et la montée en puissance de nouvelles attentes sociétales, un nouveau pouvoir émerge. Comparable à un courant et produit par un grand nombre d’acteurs, il est ouvert, participatif et piloté par la masse. Il se déploie selon une dynamique horizontale et/ou ascendante.

Son but est de canaliser l’énergie de l’ensemble des acteurs pour lui donner le maximum d’effets au service d’un bénéfice partagé. Ses mots clés : la gouvernance distribuée, l’auto organisation, la collaboration, l’open source, la transparence, l’éthique, la participation et le do-it-yourself, l’affiliation à court terme.

Si les acteurs de l’économie du partage et les mouvements activistes « hashtagués » sont nombreux à figurer parmi les pionniers de ce nouveau pouvoir, de plus en plus d’organisations, y compris parmi les plus traditionnelles, s’inspirent de ses codes pour mener à bien leurs projets. Les ingrédients clés de ce nouveau pouvoir : des idées à partager et des communautés pour les faire vivre et les faire grandir.

Faites circulez vos idées !

Extrait de Business Digest N°292, Decembre/Janvier