Innovation à impact social : Oui-Oui au pays de la stratégie ?

Alors, on commence à perdre son souffle dans ce monde perturbé, volatile et surtout très hostile ? Vous en avez marre du mot agile mais vous êtes constamment rappelé(e) à l’ordre pour monter au front, combattre et disrupter votre marché ? A perdre haleine, et sans capter vraiment, que ces disruptions sont souvent destructives (de jobs entre autres). Soit la règle du tampon en pleine face, de la compétition de plein fouet. Même pour vous, ça fait souvent mal et rarement plaisir. Moi j’appelle ça « Faire les choses comme avant ».

Petite question. Qui admirez-vous le plus dans le fond : le gars de votre promo qui a joué et tout raflé sur son marché ultra-concurrentiel ? Ou celle/celui qui s’est saisi d’un problème sociétal, l’a pris à bras le corps et a imaginé un business model qui le résolvait ? Bla-bla de Bo-bo ? De la microfinance à Sesame Street, ce sont des marchés de plusieurs milliards de dollars dont nous parlons, pas de doux rêveurs ! La fameuse disruption n’est à l’origine que de la moitié des nouveaux marchés, l’autre moitié étant le fruit d’une création stratégique, avec de nouvelles chaînes de valeur, et dont l’impact dépasse le bas de bilan : si votre boite gagne de l’argent et que vous faites toujours « comme avant », elle va inspirer ses actionnaires.

Si vous vous donnez l’ambition d’avoir un impact sur le monde, en ayant une idée originale c’est tout votre environnement qui sera inspiré. Les excellents Kim et Mauborgne sont souvent targués de naïveté – doux penseurs d’une stratégie de Oui-Oui au pays des poneys qui « ne peut s’appliquer ni à notre industrie ni à notre monde » – c’est vrai, ce n’est pas possible, jusqu’au jour où quelqu’un l’aura fait. De trouver cette innovation qui a du sens, récuse les théories de Porter, et reste naviguer sur le Bleu.

Pour en savoir plus : « Business as a Force for Good: A Blue Ocean Perspective », de W. Chan Kim et Renée Mauborgne, (INSEAD Knowledge, 2018)