La comédie(in)humaine

Ce qui déprime, ce n’est pas aller travailler, tout le monde aime aller travailler ; tout le monde aime son entreprise et de plus en plus l’entreprise en règle générale. Ce qui n’est plus supportable, ce sont les absurdités du management.

La Comédie (in)humaine dépeint un management contemporain insensé, démotivant pathogène et contesté à l’intérieur de l’entreprise. Les études le prouvent, la part des salariés désengagés a doublé ces 10 dernières années atteignant 20 % et moins de 15 % des salariés font confiance à leur manager. Ils sont désengagés et de surcroît, les entreprises leur offrent des points de motivation qui ne répondent pas à leurs attentes ! Le management est devenu hyper démagogique. Et c’est là tout le paradoxe : jamais les managers ne se sont autant cassé la tête pour le bien-être de leurs équipes, alors que le mal-être n’a jamais été aussi criant. Avec pour seule tactique l’utilisation de la démagogie comme norme managériale.

Or parmi toutes les idéologies qui sévissent en entreprise (peur, infantilisation etc…) cette quête du bonheur comme action managériale élève cette idéologie dominante au statut d’absurdité : car l’entreprise est le lieu du travail et non celui du bonheur. J’apprécie l’audace des auteurs qui osent dénoncer les absurdités de nos entreprises, dont nous sommes tous témoins – parfois tellement énormes que je ne peux m’empêcher d’en rire. Ils partent en croisade contre l’absence de sens qui paralyse nos sociétés et proposent des solutions concrètes, des pistes de réflexion très claires et très simples qui permettent de décongestionner tout ce qui entrave les salariés. Et si la performance et le plaisir au travail se résumaient à LAISSEZ LES GENS travailler. Si évident et si simple et pourtant, pas si évident.

 

 

Pour en savoir plus : La Comédie (in)Humaine, de Julia de Funès et

Nicolas Bouzou, (L’Observatoire, septembre 2018)