[Edito] Bienvenue dans l’ère des plateformes

 

Edito

Business Digest N°276 (mai 2017)

BD276-Couv-Web

 

Pourquoi les entreprises existent-elles? Pourquoi un entrepreneur préfère-t-il salarier des individus plutôt que de louer ponctuellement leurs compétences ? Pourquoi est-il propriétaire de son appareil productif, quand il pourrait l’emprunter uniquement quand il en a besoin ?

En 1937, l’économiste anglais Ronald Coase a répondu à ces questions dans son article fondateur « The Nature of the firm ». Son explication repose sur l’existence, sur le marché, de coûts de transaction : en gros, il est souvent moins coûteux d’entrer dans une relation contractuelle durable, que de chercher constamment de nouveaux partenaires, de négocier les contrats, vérifier leur bonne exécution, etc. 80 ans plus tard, la théorie de Ronald Coase se vérifie toujours, mais le monde a changé.

Le digital a permis une baisse radicale des coûts de transaction et la question de la pertinence de l’entreprise n’a plus rien de théorique. Depuis une dizaine d’années, de nombreux dirigeants, d’Alibaba à Netflix en passant par Airbnb, s’orientent ainsi vers une forme d’organisation impossible du temps de Ronald Coase : la plateforme. Leur stratégie consiste à coordonner des ressources dispersées dans leur écosystème plutôt que de chercher à les contrôler. À la clé : un avantage concurrentiel décisif en termes d’agilité, parce que les plateformes ne jouent plus qu’un rôle d’intermédiaires entre consommateurs et producteurs (de contenus, de service, de biens) ; lesquels supportent risques et coûts de production. Un modèle dont bon nombre d’entreprises traditionnelles commencent à s’inspirer.

Second sujet abordé dans ce numéro : les équipes hautement performantes. Ces équipes qui parviennent à lever tous les obstacles à la collaboration (dilution des responsabilités, pensée de groupe, etc). Leur secret ? La capacité des managers à maîtriser les paradoxes du travail collaboratif.

Bonne lecture,

 

Abonnez-vous à Business Digest