Les 5 préceptes du piratage en entreprise Premium

Pour lire ce dossier dans son intégralité, devenez Abonné Privilégié ou connectez-vous

Pour faire bouger les lignes et bousculer les (mauvaises) habitudes de travail, vous ne pouvez pas vous contenter de lancer de vastes plans de transformation. Vous devez encourager vos équipes à questionner, voire contourner les processus établis, à avancer en mode projet et à improviser pour expérimenter de nouvelles idées.

1- Oser la collaboration ouverte : stimuler l’intelligence collective et décloisonner l’entreprise, en favorisant le travail en réseau, le partage des bonnes idées, des erreurs et des échecs entre tous les membres de la chaîne de valeur, y compris à l’extérieur (fournisseurs, partenaires… et même avec les concurrents).

2- Pratiquer la désobéissance : encourager ses équipes à questionner, voire à transgresser les processus arbitraires, absurdes ou contre-productifs, afin qu’elles retrouvent plaisir et engagement au travail.

3- Préférer l’action au plan d’actions : mettre l’accent sur l’exécution concrète des projets sur le terrain plutôt que sur les grands discours déconnectés de la réalité. Favoriser les solutions imparfaites, rapides, prototypées et peu onéreuses pour pallier les problèmes temporaires.

4- Faire primer les compétences sur le pédigrée : tout collaborateur doit tirer sa légitimité de sa contribution à l’avancée des projets et non de son niveau dans la hiérarchie. Chaque manager doit apprendre à faire confiance, déléguer et développer un maximum les expertises des membres de son équipe.

5- Œuvrer à la responsabilisation de tous : l’autonomie accrue et la diminution du contrôle hiérarchique dans l’entreprise vont de pair avec une plus grande conscience des responsabilités individuelles. Chaque collaborateur doit devenir un « intrapreneur ».

La suite dans notre dossier :

Agilité : et si vous piratiez votre organisation ?

BD27001

D’après Makestorming, le guide du corporate hacking, de Stéphanie Bacquere et Marie-Noéline Viguié (Diateino, juin 2016), The Stupidity Paradox: The Power and Pitfalls of Functional Stupidity at Work de Mats Alvesson et André Spicer (Profile Books, juin 2016) et une interview de Kumar IDAN, Appliances manager, TE Connectivity Consulting, Nouvelle-Zélande (octobre 2016).