Le télétravail suppose d’améliorer les relations de confiance Premium

Pour lire ce dossier dans son intégralité, devenez Abonné Privilégié ou connectez-vous

« Les dirigeants adorent le travail à distance qui permet notamment de faire des économies en limitant les bureaux mis à disposition ; les collaborateurs en raffolent parce que cela les aide à mieux concilier vie privée et vie professionnelle. »

Mais pourquoi alors le télétravail a-t-il tant de mal à s’imposer dans l’entreprise ? Parce que, malgré les beaux discours, de nombreux managers de proximité rechignent à accorder à leurs équipes ce qu’ils considèrent encore comme un avantage en nature. « Quand vous demandez à des managers ce qu’ils pensent vraiment du télétravail, vous vous apercevez qu’ils le considèrent souvent comme un service rendu à leurs employés. Ce phénomène s’explique par une relation de confiance biaisée laissant penser que le collaborateur qui n’est pas physiquement derrière son poste n’est peut-être pas en train de travailler. » D’où l’importance de repenser la confiance dans les équipes, avant de vouloir promouvoir le télétravail.

D’après une interview de Gustav REGNER, VP talent management de Jyske Bank Invest, Danemark

 

La suite dans notre dossier :

Ré-enchanter la vie au travail

BD26601

D’après, entre autres, « Collaborative Overload », de Rob Cross, Reb Rebele et Adam Grant (Harvard Business Review , janvier-février 2016) ; « The cult of overwork » de James Surowiecki, (The Financial Page, The New Yorker janvier 2014) ; « Good Bosses Create More Wellness than Wellness Plans Do » d’Emma Seppala (Harvard Business Review , avril 2016) et une interview de Gustav REGNER, VP talent management de Jyske Bank Invest, Danemark.