Entreprises et Game of Thrones, mêmes combats ? Premium

Pour lire ce dossier dans son intégralité, devenez Abonné Privilégié ou connectez-vous

Consultant et coach en management, Jacques Arnol-Stephan propose une clé de lecture simple qui permet de faciliter l’analyse systémique de l’organisation et des relations qui s’y jouent. Pour lui les sources de conflits se limitent à trois grands archétypes

• La guerre de religions qui comprend les conflits entre métiers (les commerciaux contre les fonctions supports par exemple), mais aussi entre tenants d’approches différentes (notamment quand le « faire du chiffre » s’oppose à la volonté de « bien faire »).

• Les luttes pour l’accès à des ressources rares : le meilleur job, la plus belle enveloppe budgétaire, le plus gros bonus, les plus hautes responsabilités, l’attention du patron, etc.

• La vengeance, d’autant plus difficile à décrypter que ses racines sont la plupart du temps profondes : une promotion prise au détriment d’un autre, un service non rendu, etc.

Dans ces trois cas, les tensions naissent davantage de dysfonctionnements organisationnels qu’en raison de personnalités toxiques.

Source : « De l’art de désamorcer les conflits » de Jacques Arnol-Stephan (J2Reliance, 2012).

 

La suite dans notre dossier :

Désamorcer les relations toxiques

BD26801

D’après, entre autres, “How To Manage Conflict” de Kristi Hedges (Forbes 2015) ; “3 Ways To Stop Yourself From Being Passive Aggressive” de Peter Bregman (Forbes 2015) ; “The No. 1 Source Of Workplace Conflict, And How To Avoid It” de Cy Wakeman (Forbes 2015) et une interview de David Edelmann, directeur marketing chez Denien GmbH, Berlin, (juin 2016).