Devriez-vous imiter les petits dormeurs ? Premium

Pour lire ce dossier dans son intégralité, devenez Abonné Privilégié ou connectez-vous

Marissa Mayer, CEO de Yahoo, déclare ne pas avoir besoin de plus d’une poignée d’heures de sommeil chaque nuit. Il en va de même pour la CEO de PepsiCo, Indra Nooyi. À la tête d’Apple, Tim Cook se vante, quant à lui, d’être toujours le premier à arriver au bureau et le dernier à en partir. Le sommeil est-il un frein au succès ? Bien au contraire, de nombreuses études montrent qu’un sommeil de qualité – pouvant notamment inclure la sieste au travail – favorise la productivité, la créativité ainsi que la prise de décisions pertinentes.

Nombreux sont les modèles de réussite à écourter leur nuit pour abattre plus de travail pendant la journée. Parmi eux, le fondateur de Twitter et CEO de Square, Jack Dorsey, le CEO d’AOL, Tim Armstrong, le président américain Barack Obama… et la liste est encore longue. Connu pour ses déclarations à l’emporte pièce, Donald Trump résume bien le fond de la pensée de ceux qui, comme lui, se contentent d’une nuit de quatre heures : « Comment quelqu’un ayant besoin de 12 à 14 heures de sommeil peut-il faire le poids face à une personne qui ne dort que 3 ou 4 heures ? » Les experts en chronobiologie estiment pourtant qu’il a tout faux : le manque de sommeil nuit à la productivité, à la créativité et à la prise de décisions.

 

La suite dans notre dossier :

Devriez-vous imiter les petits dormeurs ?

D’après “Late sleepers are tired of being discriminated against And science has their back” de Brian Resnick (Vox, 1er juin 2016); “Devriez-vous vous lever (beaucoup) plus tôt le matin ?” de Mehdi Ramdani (LinkedIn, 15 février 2016) ; “The average worker loses 11 days of productivity each year due to insomnia, and companies are taking notice” de Jena McGregor (The Washington Post, 30 juillet 2015) ; “The secret of success: Needing less sleep?” de Laura Vanderkam (Fortune Magazine, 20 mars 2012).