Staples prépare le futur du travail Premium

Pour lire ce dossier dans son intégralité, devenez Abonné Privilégié ou connectez-vous

DRH du premier fournisseur mondial de matériel et fournitures de bureau, Staples, Régis Mulot réfléchit dès à présent aux défis portés par l’émergence de nouvelles formes de travail. Enjeu pour l’entreprise de demain : proposer, au delà du salariat traditionnel, une « plateforme » permettant de piocher idées, compétences et technologies hors de ses frontières, tout en économisant sur ses frais de structure.

Pour des millions d’Américains et de Canadiens, le nom de Staples est avant tout synonyme de rentrée et de fournitures scolaires. Mais nombreux sont ceux qui ignorent que Staples est le quatrième acteur de l’e-commerce aux Etats-Unis – derrière Amazon, Apple et Walmart. « Cette forte présence en ligne est le résultat d’investissements continus, dès les années 90, tout en poursuivant le développement de notre réseau de magasins, souligne Régis Mulot. Puis, en 2012, nous avons opéré une nouvelle mutation avec la mise en place d’une marketplace [sur laquelle sont vendus des produits de tiers] qui nous permet de proposer 1,5 million de références, contre 33 000 auparavant. Aujourd’hui notre entreprise a de nouveaux défis à relever. Le premier est de continuer à faire face à des concurrents dotés de moyens d’investissements technologiques et d’indicateurs financiers différents des nôtres (notamment Amazon). Le deuxième est de rassembler sous la bannière de l’omnicanal des cultures aussi opposées que celle du commerce traditionnel et celle du monde digital. Enfin, notre dernier sujet de préoccupation est l’accès aux compétences dont nous avons besoin, sur un marché du travail en profonde mutation. »

La fin du modèle d’entreprise intégrée
L’avenir de Staples passera par sa transformation en une « entreprise plateforme », un concept présenté par Eric Schmidt, président de Google dans How Google Works. « Grosso modo, au cours des 200 dernières années, les mécanismes de la création de valeur n’ont pas évolué. Ils ont toujours consisté à organiser le travail et le capital de la manière la plus efficace possible à l’intérieur des entreprises. Mais ce modèle clos a perdu beaucoup de sa pertinence. » Selon Régis Mulot, les organisations les plus performantes savent s’ouvrir et…

La suite dans notre dossier :

Le futur du travail

BD26201
D’après une interview de Régis Mulot, Executive vice-président en charge des Ressources Humaines, Staples, USA.