Changement climatique : l’unique plan A chez Marks & Spencer Premium

Pour lire ce dossier dans son intégralité, devenez Abonné Privilégié ou connectez-vous

Chez Marks & Spencer, personne ne conteste l’urgence du problème posé par le changement climatique, notamment parce qu’il impacte directement la chaîne d’approvisionnement et les attentes des consommateurs. Lancé en 2007, le programme éco-responsable dit « Plan A » du géant de la distribution a pour ambition de s’attaquer au réchauffement de la planète et ce de façon rentable en misant sur l’innovation et l’efficacité.

En 2007, pour s’attaquer au problème du changement climatique, Marks & Spencer a mis en place le programme éco-responsable « Plan A ». Les projections originales avaient estimé qu’il coûterait 200 millions de livres sterling par an à l’entreprise ; mais deux ans plus tard, les économies réalisées compensaient les dépenses et, fin 2014, il avait permis à Marks & Spencer de réaliser un bénéfice net de 465 millions de livres. Pour Mike Barry, grâce à « plan A », les efforts en faveur de la lutte contre le réchauffement climatique, qui ne concernaient au départ qu’une équipe de pilotage restreinte, sont désormais intégrés à l’ensemble de l’entreprise. « Le plus grand bouleversement, ces dernières années, a été de passer d’une vision des questions environnementales axée sur la gestion du risque – éviter les scandales et la publicité négative qui en découle – à une vision axée sur les opportunités d’une entreprise meilleure. »

Un nouveau modèle de création de valeur
« Il est difficile d’ignorer le changement climatique dans le secteur alimentaire, en particulier quand on travaille avec des fournisseurs de l’hémisphère sud, comme le fait Marks & Spencer, explique Mike Barry. En Amérique latine, l’élévation des températures favorise la propagation de la rouille du caféier, qui affecte la production de café. En Afrique du Sud, les agriculteurs de notre chaîne d’approvisionnement sont contraints de se déplacer de plusieurs centaines de kilomètres vers le nord, à cause de la sècheresse ». Les catastrophes qui impactent toujours plus violemment la production alimentaire mondiale sont en effet un signe fort de la nécessité d’agir face au changement climatique. « Nos anciennes méthodes de travail ne sont pas compatibles avec la réalité d’aujourd’hui. Par exemple la vieille habitude qui consiste à consommer un produit, puis à le jeter, est dépassée. Terminé ! Désormais, le mot d’ordre est … Lire la suite

La suite dans notre dossier :

Comment le changement climatique impacte votre performance

D’après The Big Pivot: Radically Practical Strategies for a Hotter, Scarcer, and More Open World d’Andrew Winston (Harvard Business Review Press, avril 2014), une interview de Mike Barry, Director of Sustainable Business Marks &Spencer, octobre 2015 et une interview de Tamara « TJ » Dicaprio , Senior director environmental sustainability, Microsoft Corporation, octobre 2015.