La délégation dans un climat de confiance chez BaxterStorey Premium

Pour lire ce dossier dans son intégralité, devenez Abonné Privilégié ou connectez-vous

Simon Esner est un fervent pratiquant de la délégation. Cela lui offre non seulement le luxe de gagner du temps, mais lui permet aussi d’accroître la performance collective de l’équipe de business developers qu’il dirige chez BaxterStorey, l’un des plus grands acteurs de la restauration professionnelle au Royaume-Uni. Extrait du dernier dossier de Business Digest :

S’offrir le luxe du temps
« Déléguer des facettes de ma fonction me permet de dégager un temps précieux que je peux consacrer pleinement au développement de l’activité. » Concrètement, deux ans à peine après s’être mis à la délégation (en 1999), Simon Esner faisait grimper le chiffre d’affaires de l’entreprise de 8 millions à 15 millions de livres. Quinze ans plus tard, il atteint 380 millions de livres.

Avoir une vision globale
« À mesure que je consolide mon expérience de dirigeant, mon rôle se recentre sur l’orchestration de nos efforts collectifs pour saisir opportunités de croissance. Mon but est de donner les moyens à autant de membres de mon équipe que possible de faire le travail que je fais. »

« L’important est d’apprendre à se faire confiance et à faire confiance aux autres.» 

Croire en la capacité de réussite de chacun
« L’un de mes principes directeurs est d’accepter les individus tels qu’ils sont et de leur faire confiance, tout simplement, précise Simon Esner. Cela leur laisse la marge de manœuvre dont ils ont besoin pour jouer leur rôle. »

Aller de l’avant même lorsque la délégation échoue
« Bien sûr, les choses ne se déroulent pas toujours comme prévu. Il m’est arrivé de déléguer des tâches qui ont été mal gérées. Ces épisodes m’ont poussé à prendre du recul et à remettre en question mon approche de la délégation. J’ai depuis appris à mieux écouter et observer l’état d’esprit d’un candidat potentiel à la délégation. »


BD25802D’après The gift of time: How delegation can give you space to succeed de Gail Thomas (Capstone, mars 2015), « How Office Control Freaks Can Learn to Let Go » d’Elizabeth Grace Saunders (Harvard Business Review, octobre 2013), « Signs That You’re a Micromanager » de Muriel Maignan Wilkins (Harvard Business Review, novembre 2014) et l’interview de Simon Esner, directeur chez BaxterStorey, juin 2015.

Simon Esner est directeur chez BaxterStorey. Il a rejoint l’entreprise en 1997 pour prendre les rênes du développement commercial. De 2011 à 2014, il a également été membre du jury du prestigieux prix BIFM récompensant l’excellence en matière de service client. Chef cuisinier de formation, il est également diplômé en hôtellerie-restauration.