Êtes-vous un leader objectif  ? Premium

Pour lire ce dossier dans son intégralité, devenez Abonné Privilégié ou connectez-vous

Nos perceptions sont par nature subjectives, influencées par nos expériences passées, nos modèles mentaux et nos attentes. C’est pourquoi il nous arrive tous de réagir de manière excessive, de prendre les choses trop personnellement, de tirer des conclusions hâtives et de juger les autres à tort. Il est pourtant possible de travailler à être plus objectif… votre performance en tant que leader dépend même de cette capacité. Extrait du dernier dossier de Business Digest :

 

« Être objectif, c’est réagir de manière réfléchie, délibérée et efficace face aux personnes, situations qu’on rencontre. »

1. Dépassez vos préjugés en mobilisant l’intelligence collective
Pour comprendre une situation dans sa globalité, il est essentiel de rassembler les informations et perspectives d’autres membres de l’équipe et, dans certains cas, d’autres disciplines au sein de l’entreprise. Les autres collaborateurs et les autres services verront probablement la situation sous un angle différent ; leurs perspectives peuvent s’avérer précieuses et vous guider vers une conclusion plus objective.

2. Prenez conscience de vos émotions et de vos intuitions
« Si les scientifiques débattent de l’origine et de la validité de l’intuition, les leaders ne doivent pas occulter leurs émotions ou réactions, conseille-t-elle. Ils doivent au contraire les considérer comme des éléments de données précieux à analyser et évaluer […] Ce qu’il faut retenir, c’est qu’une fois que vous en avez pris conscience, vous êtes libre de choisir de vous laisser influencer ou non par elles. »

3. Évaluez la validité et l’utilité des émotions
Après avoir identifié vos émotions, notez les postulats qu’elles produisent et évaluez leur validité et leur utilité dans le cadre du processus décisionnel :
• remettez en question les pensées et les sentiments négatifs ;
• demandez à un collaborateur de vous aider en faisant peser dans la balance sa propre perspective.

4. Choisissez une réponse objective, en tenant compte des conséquences
« Une fois que vous avez identifié et défini l’utilité et la validité de vos postulats, réfléchissez à de nouvelles manières d’aborder la situation. Engagez-vous dans ce processus sans porter de jugement, vous risquez sinon de museler la créativité », poursuit Elizabeth Thornton. Ensuite, choisissez la réponse la plus objective.

5. Informez l’équipe de votre décision
Une fois la décision prise, mais avant de l’appliquer, certains dirigeants estiment utile de présenter leur démarche objective aux principales parties prenantes. Cette communication doit être concise, non-agressive et collaborative.


D’après la chronique d’Elizabeth R. Thornton « The Objective Leader » publiée dans Psychology Today et de son livre The Objective Leader: How to Leverage the Power of Seeing Things as They Are (Palgrave Macmillan, février 2015).

À relire, notre dossier :
Fatigue décisionnelle : garder sa lucidité en toute circonstance

BD22102Synthèse de différentes sources appuyée des interviews de Dennis Cooper, ancien contrôleur aérien de la Federal Aviation Administration (FAA), aujourd’hui psychologue pour la Défense Nationale canadienne, et Thierry Boiron, président des Laboratoires Boiron, octobre 2011.
Business Digest N° 221, novembre 2011.