L’intelligence collective repose aussi sur les invisibles Premium

Pour lire ce dossier dans son intégralité, devenez Abonné Privilégié ou connectez-vous

Barack Obama, Steve Wozniak, Bill Gates… La liste des introvertis talentueux est longue. Pourquoi alors ce trait de personnalité est-il vu comme un handicap dans tant d’entreprises ? Parce que l’autopromotion et la quête de visibilité sont perçues comme des atouts clés du leadership. À tort, affirme Susan Cain, pour laquelle l’idéal extraverti prive les entreprises du plein talent des « discrets », soit près de la moitié de leurs collaborateurs. Extrait du dernier dossier de Business Digest :

1. Quand l’introversion mène à l’invisibilité
Ni forcément timides ni manquant de confiance en eux, les introvertis ont leurs propres caractéristiques :
• ils se ressourcent dans la solitude et non au contact des autres ;
• ils apprécient les environnements calmes ;
• ils aiment se concentrer longtemps sur une tâche ;
• ils écoutent avant de prendre la parole ;
Ces traits de personnalité peuvent nuire à leur visibilité dans l’entreprise car, ayant peu tendance à se mettre en avant, ils ont une préférence pour les postes où le travail bien fait signifie qu’ils passent inaperçus (recherche, fonctions supports, postes demandant peu d’interactions avec les clients, etc.).

2. Le rôle clé des invisibles
Les invisibles exercent une influence silencieuse sur les autres collaborateurs. Peu à l’aise avec les jeux de pouvoir, l’autorité formelle ou le command & control, ils tirent leur capacité à fédérer les autres de leur aptitude à se mettre en retrait et à mettre de côté leur égo. Une aptitude précieuse dans des entreprises qui questionnent désormais le rôle du leader super-héros au profit de dirigeants capables de se mettre en retrait pour défendre le collectif.

3. Comment tirer profit des invisibles
Favoriser l’épanouissement des introvertis nécessite de respecter leurs traits de personnalité plutôt que de chercher à leur imposer un idéal extraverti. Autoriser chacun à être lui-même plutôt qu’à avancer masqué : tel est le rôle, idéalement, des managers de proximité qui, par leur fonction, peuvent aider les introvertis à mieux se connaître et à tirer profit de leurs forces.

L’exemple de Speed Division
« Les entreprises de la Silicon valley ont un atout : elles prônent la diversité, observe Catelyne Peker, VP RH chez Speed Division. Et ce n’est pas une simple question d’éthique, mais de performance. Si vous ne vous souciez pas des introvertis, vous vous privez d’une part essentielle des talents présents dans votre entreprise et sur le marché. »


D’après Quiet: The Power of Introverts in a world that can’t stop talking de Susan Cain (Crown, janvier 2013), Invisibles: The Power of Anonymous Work in an Age of Relentless Self-Promotion de David Zweig (Portfolio, juin 2014), « How introverts can network without changing their personalities » de Lisa Evans (Fast Company, avril 2015), « 9 networking tips for introverts » de Sharon Florentine (cio.com, mars 2015), « An introver’s guide to networking » de Lisa Petrilli (Harvard Business Review, janvier 2012), « Introverti ? 3 stratégies pour muscler votre réseau », Place des réseaux, mars 2012 et l’interview de Catelyne Peker, VP RH chez Speed Division, États-Unis, juillet 2015.

À voir, la vidéo :

The power of introverts

Comme Susan Cain l’explique dans cette conférence TED, les introvertis apportent au monde des talents et des compétences extraordinaires, et devraient être reconnus et encouragés.