Votre éthique, facteur de performance collective Premium

Pour lire ce dossier dans son intégralité, devenez Abonné Privilégié ou connectez-vous

Qu’est-ce que le leadership éthique et comment affecte-t-il le bas de bilan ? De 2006 à 2013, Fred Kiel a étudié l’impact de l’éthique de 121 dirigeants sur la performance de 84 entreprises américaines. Conclusion : les leaders éthiques offrent à leurs actionnaires un retour sur investissement cinq fois supérieur aux dirigeants qui ne le sont pas, ou moins. Extrait du dernier dossier de Business Digest :

Business Digest ethics

1. L’Homo Economicus rationnel est dépassé. La nature humaine est « prosociale » : les individus ont tendance à respecter des règles éthiques universelles (honnêteté, intégrité, compassion, honneur, responsabilité, respect…) et à éviter de nuire délibérément aux autres. C’est pourquoi agir de façon purement rationnelle, au service de votre intérêt n’est pas un facteur de succès.

2. Pourquoi renforcer votre sens éthique ? Le leader éthique crée davantage de valeur : Fred Kiel a étudié pendant près de dix ans 84 entreprises américaines et découvert que celles dont les dirigeants étaient les plus éthiques étaient cinq fois plus performantes, en terme de valorisation boursière, que les autres.

3. Comment renforcer votre sens éthique ? Adoptez les habitudes suivantes :
• tenez vos promesses et vos engagements ;
• reconnaissez vos erreurs et efforcez-vous de les corriger ;
• acceptez que les autres commettent, eux aussi, des erreurs ;
• aidez les autres à développer leurs compétences et à réaliser leurs objectifs personnels.

L’exemple de Volvo Cars
« Il est parfaitement possible de former quiconque aux comportements et à la prise de décision éthiques », affirme Erica Wilkmam, chief compliance & ethics officer chez Volvo, qui décortique, dans son interview, la stratégie de son groupe pour sensibiliser les équipes aux fondements du leadership éthique.


D’après Return On Character: The Real Reason Leaders and their Companies Win de Fred Kiel (Harvard Review Press, mars 2015), « Pourquoi des managers même pas méchants prennent-ils des décisions immorales ? » de Sonia Arnal (Allez savoir ! janvier 2015) ; « How unconscious bias affects everything you do » de Howard Ross (Fast Company, octobre 2014) ; « Loyalty to a Leader is Overrated, even Dangerous », de Julie Irwin (Harvard Business Review, décembre 2014) ; « Peer Pressure for Teens Paves the Way to Adulthood » de Shirley Wang (The Wall Street Journal, juin 2013) et Interview d’Erica Wikman, chief compliance officer, Volvo Cars Group.

À voir, la vidéo :
Unethical decision making in organizations – UNIL MOOCS

Les professeurs Guido Palazzo et Ulrich Hoffrage, de l’université de Lausanne, organisent un MOOC consacré aux « décisions immorales dans les entreprises » qui aura lieu du 15 septembre au 17 novembre 2015.