Lost in management 2 : la faillite de la pensée managériale Premium

Pour lire ce dossier dans son intégralité, devenez Abonné Privilégié ou connectez-vous

Souffrance au travail, poids croissant du contrôle, désengagement des équipes, désarroi des dirigeants… Voilà les terribles coûts cachés du taylorisme (plus ou moins recyclé) qui dicte les pratiques managériales depuis plusieurs décennies. François Dupuy s’attaque sans faux-semblant aux racines du mal. Et si on essayait de comprendre vraiment ce qui se passe dans nos entreprises ? Extrait du dernier dossier de Business Digest :

Business Digest Lost in management bis

1. Comprendre le problème derrière les symptômes. « Un symptôme, ce n’est qu’une information […]. Le problème, quant à lui, désigne l’ensemble des interrelations qui génèrent ce symptôme. Par exemple, si le commercial fuit le client c’est peut-être parce qu’il ne dispose pas de marge de manœuvre pour apaiser les tensions avec le client… Comprendre le problème, c’est passer à une appréhension systémique, certes plus complexe mais tellement plus féconde ! »

2. Raisonner les fins ET les moyens. Des objectifs ambitieux, des étapes clés et des critères d’évaluations, voilà les ingrédients d’un plan d’actions classique, mais qui fait l’impasse sur les moyens d’y parvenir. Les équipes n’iront nulle part si elles ne perçoivent pas les possibilités concrètes de réalisation des objectifs ! Même si le « comment » nécessite plus d’effort et de réflexion que le quoi ou le pourquoi, il n’en demeure pas moins qu’ils sont un préalable à la constitution d’une stratégie « du possible » et non pas uniquement du « souhaitable ».

3. Ne pas sous-traiter la mise en œuvre. Beaucoup font aveuglément confiance au leadership de ceux à qui incombe la délicate tâche de faire appliquer les décisions, sans tenir compte de la complexité dans laquelle ils évoluent. À la clé : des hérauts désignés épuisés par le jeu politique dont ils ne maîtrisent pas tous les tenants, tentés d’ignorer les aléas qui surgissent en chemin voire d’adopter la stratégie de la pastèque – avec des indicateurs bien verts dehors mais rouges dedans…


D’après Lost in Management 2 : la faillite de la pensée managériale de François Dupuy (Éditions du Seuil, janvier 2015).