Frugalité et « système D » chez Diften Transports Premium

Pour lire ce dossier dans son intégralité, devenez Abonné Privilégié ou connectez-vous

« Bien que la frugalité soit souvent la règle dans les entreprises des pays émergents, dès que sont atteints des niveaux de croissance et de trésorerie importants, les bons vieux réflexes se perdent », observe Francois De Renière qui dirige Diften Transports, un des leaders du transport routier indépendant en Argentine, Uruguay et Bolivie. Extrait de son entretien avec Business Digest :

DeReniere

« Pour moi, les plus grandes opportunités se révèlent dans des environnements contraints en ressources. Ce sont les problèmes du quotidien qui poussent à se dépasser et à imaginer sans cesse des solutions innovantes. J’ai travaillé plusieurs années dans un grand cabinet d’audit avant de partir pour l’Argentine en 1985. Mes conditions de travail confortables m’ont rarement poussé à faire preuve de créativité. En revanche, au bout de deux ans en Amérique latine, j’avais déjà fondé (et coulé) deux entreprises. » La troisième, en 1987 sera la bonne : une entreprise de transport qui compte 1 200 employés pour un chiffre d’affaires de 20 millions de dollars en 2014.

La frugalité, facteur d’agilité
Dans les années 1990, la capacité à travailler avec peu de ressources était un avantage stratégique « naturel » pour Diften Transports. Par rapport aux multinationales, l’entreprise avait de fait la capacité de s’adapter à un contexte très volatile, parce que c’était une question de survie. Une leçon apprise par Francois De Renière, après l’échec de ses deux précédentes entreprises argentines (une dans le secteur du tourisme créée en 1986 ; l’autre dans les services aux restaurants créée en 1986). Par exemple, pendant la crise argentine de 1997, alors que le PIB chutait de 20 % entre 1998 et 2002, il décida de diversifier les activités de Diften Transports sur les marchés uruguayens et boliviens, tout en maintenant une activité très réduite en Argentine. Dans le même temps, la plupart des concurrents internationaux quittaient l’Argentine. « Nous étions en mesure de continuer à opérer avec très peu de ressources (plus aucune banque de prêtait d’argent, les contrats étaient en chute libre, etc.). À partir de 2004, cette agilité nous a permis de prendre de l’avance sur nos concurrents et de profiter du renouveau économique. »


D’après L’innovation frugale : comment faire mieux avec moins de Navi Radjou et Jaideep Prabhu (Diateino, mars 2015), « Creative problem-solving in the face of extreme limits » conférence TED de Navi Radjou (TED, octobre 2014), « The Google Way of Attacking Problems » de Greg Satell (Harvard Business Review, décembre 2014) et l’interview de François De Renière, CEO de Diften Transports, Argentine, mars 2015.

François De Renière est diplômé en management de l’ESCP-EAP et titulaire d’une maîtrise en finance de marché de l’université de Montréal.