L’ingéniosité collective au secours de l’innovation Premium

Pour lire ce dossier dans son intégralité, devenez Abonné Privilégié ou connectez-vous

La rareté des ressources naturelles et financières oblige les entreprises à faire plus, ou mieux, avec moins. Comment alors maximiser la rentabilité des capitaux investis, gagner en rapidité et en agilité ? Navi Radjou et Jaideep Prabhu ont identifié les six principes clés de l’innovation frugale, qui reposent en grande partie sur la mise à profit de l’ingéniosité collective. Extrait du dernier dossier de Business Digest.

Innovation équipe Business Digest

Principe 1 : aligner la R&D sur les besoins réels du marché
Il s’agit de « produire des offres faciles à utiliser, peut-être sans fioritures, mais suffisantes, surtout si elles sont proposées à un prix réduit ». Une approche qui suppose d’apprendre à s’adapter à une demande fluctuante et exige des processus plus agiles et itératifs.

Principe 2 : tirer le maximum des ressources investies
Par exemple en réduisant la distance entre les lieux de production et de consommation pour améliorer la flexibilité de la chaîne de production. Les entreprises sont de plus en plus nombreuses à s’adresser à des fournisseurs locaux ou à relocaliser leur production, à l’instar de Zara qui a rapatrié à la fin des années 2000 la confection au Portugal afin de renouveler plus vite les collections destinées aux marchés européens.

Principe 3 : développer des solutions durables
Les entreprises doivent dès à présent intégrer l’écoconception (cradle to cradle, autrement dit zéro pollution et 100 % recyclage) dans leur modèle d’affaires : cela permet de respecter la réglementation, de réduire les coûts et même d’améliorer l’engagement des collaborateurs.

Principe 4 : influencer le comportement du consommateur
Nest a développé en 2011 le thermostat domestique intelligent qui encourage les utilisateurs à économiser de l’énergie : chaque mois, ils reçoivent par email le relevé de leur consommation, accompagné de conseils et de remises sur les tarifs futurs en échange d’une consommation modérée aux heures de pointe (cette dernière baisse en moyenne de 55 % pour les utilisateurs du thermostat Nest).

Principe 5 : co-créer de la valeur avec les prosommateurs
Il est possible d’impliquer les clients dans la création de produits et services frugaux, franchissant ainsi la frontière traditionnelle entre l’offre et la demande. L’ère des consommateurs individuels passifs est révolue, beaucoup sont devenus des « prosommateurs » qui bricolent les produits pour les personnaliser.

Principe 6 : mettre en place des démarches d’hyper-collaboration
Les entreprises doivent dépasser l’open innovation qui consiste à accroître la profondeur et la portée de la coopération avec leurs partenaires pour parvenir à « l’hyper-collaboration ». Il s’agit alors de construire des écosystèmes horizontaux, y compris avec des concurrents et de partager des actifs sous-utilisés pour économiser des ressources.


D’après L’innovation frugale : comment faire mieux avec moins de Navi Radjou et Jaideep Prabhu (Diateino, mars 2015), « Creative problem-solving in the face of extreme limits » conférence TED de Navi Radjou (TED, octobre 2014) et « The Google Way of Attacking Problems » de Greg Satell (Harvard Business Review, décembre 2014) et l’interview de François De Renière, CEO de Diften Transports, Argentine, mars 2015.

À voir, la vidéo :

Navi Radjou: Creative problem-solving in the face of extreme limits

Navi Radjou présente trois approches pour faire plus avec moins, parsemées d’exemples du génie collectif au travail.