Comment composer avec le risque d’échec ? Premium

Pour lire ce dossier dans son intégralité, devenez Abonné Privilégié ou connectez-vous

L’échec fait partie intégrante de tout projet. Alors que bon nombre de décideurs ne savent ni le reconnaître, ni l’apprécier, Anjali Sastry et Kara Penn, auteurs de Fail better, proposent au contraire de l’intégrer dans votre gestion de projet. Extrait du dernier dossier de Business Digest :

Business digest développement personnel

1. Endurance : réhabiliter les erreurs intelligentes
Les petites défaites peuvent créer de la valeur parce qu’elles sont riches en enseignements. « Elles éliminent des options, elles permettent de détecter les erreurs de raisonnement, elles infirment des hypothèses… » Anjali Sastry et Kara Penn suggèrent de « favoriser les petites erreurs intelligentes qui permettent aux équipes de mener à bien leurs missions tout en enrichissant leurs compétences, leurs pratiques et leur compréhension d’une problématique ».

2. Prévision : anticiper, accompagner et apprendre
Adoptez une approche itérative de la gestion de projets à toutes les étapes de leur cycle de vie :
• préparez le terrain (définissez précisément la problématique, évaluez les ressources nécessaires, évaluez ce que les membres de l’équipe peuvent individuellement apporter) ;
• construisez en avançant (planifiez en boucles, effectuez des tests pour affiner le projet, collectez et analysez des données) ;
• intégrez ce que vous avez appris afin de le partager.

3. Résilience : rebondir sur ses échecs
Voilà, ce que vous craigniez est arrivé : ce projet s’est soldé par une déconvenue. Que faire ?
• Analysez le bilan réel de votre projet en termes d’investissements, d’impact sur les équipes, d’apprentissage et d’inspiration pour la suite.
• Considérez-le comme une occasion de progresser et mettez-le en regard avec une expérience passée réussie et une vision positive de ce que vous envisagez dans le futur. Les enseignements que vous en avez tirés peuvent bénéficier à d’autres : meilleure compréhension du marché, retour d’expérience sur un processus, remarques des clients.

L’exemple d’Infosys
« Tous les échecs sont porteurs d’enseignements », affirme Fadil Amarsata qui, depuis 2009, participe au déploiement du programme The Way of Failure visant à encourager la culture du risque au sein d’Infosys. Principal enjeu, selon le responsable RH : prendre conscience que la voie de l’innovation est balisée d’erreurs !


D’après Fail Better: Design Smart Mistakes and Succeed Sooner d’Anjali Sastry et Kara Penn (Harvard Business Review Press, novembre 2014), et l’interview de Fadil Amarsata, head of HR development chez Infosys, janvier 2015.

À voir, la vidéo :

Tolerate Weakness in Your Employees

David Roche, président d’Hotels.com, explique pourquoi une équipe aux faiblesses variées a autant d’avantages qu’une équipe aux forces variées.