The Great Fragmentation: Why the Future of All Business is Small

GreatFragmentation copie

Pourquoi a-t-on choisi ce livre ?
«  Dans beaucoup d’industries, la chaîne de valeur se rétrécit. Les individus désirent se débrouiller seuls » affirme Steve Sammartino, homme d’affaires australien dans ce livre déjà traduit en trois langues. Il y décrit le transfert de pouvoir des grandes aux petites entreprises et nous explique pourquoi les géants bien établis ont tout à craindre de nouveaux acteurs qui viennent bousculer leurs activités.

Notre sélection
L’économie est entrée dans une nouvelle ère concurrentielle, affirme Steve Sammartino, expert de la nouvelle économie. Les technologies digitales permettent désormais à des individus isolés de perturber des industries jadis contrôlées par des entreprises aux infrastructures lourdes et aux ressources illimitées. « Pour la première fois depuis la révolution industrielle à la fin du 18e siècle, il vaut mieux être une petite entreprise qu’un grand groupe. » Et même les entreprises indirectement concernées par les nouvelles technologies auront des start-ups pour concurrentes. Si elles ne s’affrontent pas directement pour des parts de marché, elles le feront de manière moins perceptible, par exemple pour attirer les talents. En raison de la rapidité à laquelle cette fragmentation du pouvoir se propage et de sa portée internationale, les entreprises traditionnelles ont besoin de faire table rase du passé pour se réinventer. La question que chaque dirigeant devrait se poser est : construirais-je la même infrastructure aujourd’hui si je pouvais tout recommencer à zéro ?

The Great Fragmentation: Why the Future of All Business is Small de Steve Sammartino (Wiley, octobre 2014).

À relire, notre dossier

BD25201Internet et capitalisme : quelles visions du futur ?

D’après La nouvelle société du coût marginal zéro de Jeremy Rifkin (Les liens qui libèrent, septembre 2014), Le capital au XXIe siècle de Thomas Piketty (Seuil, août 2013), La critique du capital au XXIe siècle de Guillaume Allègre et Xavier Timbeau (OFCE, mars 2014), A bigger prize: how we can do better than the competition de Margaret Heffernan (Public Affairs, avril 2014), Who owns the future de Jaron Lanier (Simon & Schuster, mai 2013) et la conférence G9+ « Internet va-t-il tuer le capitalisme : intervention de Jeremy Rifkin, Jacques Attali, Jean-Marc Daniel et Clara Gaymard » (novembre 2014).
Business Digest nº 252, décembre 2014 / janvier 2015.