Incitez sans contraindre : mettez-vous aux nudges ! Premium

Pour lire ce dossier dans son intégralité, devenez Abonné Privilégié ou connectez-vous

Marre du command & control ? Et si vous essayez l’incitation douce ? Dans le dernier numéro de Business Digest, nous vous présentions les nudges (« coups de pouce » en français) qui, selon les pères du concept  (Richard Thaler et Cass Sunstein) peuvent aider à orienter subtilement les choix individuels en faveur de l’intérêt collectif et sans altérer leur libre arbitre. Un outil supplémentaire pour permettre aux managers d’exercer leur influence.

WEB244focus

Les nudges modifient le comportement d’un individu de manière prévisible sans interdire ou restreindre ses options. Contrairement à la manipulation, l’incitation doit pouvoir être évitée, et servir les intérêts de la personne ciblée. Mis au service de stratégies d’accompagnement du changement, les atouts de l’incitation douce sont nombreux :

• les nudges sont adaptés aux entreprises qui préfèrent tirer un trait sur les habitudes de leadership top-down pour miser sur le collaboratif ou le participatif ;

• ils optimisent l’engagement et in fine la performance des collaborateurs, car les individus donnent le meilleur d’eux-mêmes quand ils suivent des décisions qu’ils ont choisies de leur plein gré ;

• ils sont moins coûteux que les dispositifs de motivation classiques (primes, promotions, séminaires d’incentive, etc.), et moins dommageables sur le plan socio-psychologique que les attitudes coercitives.

En pratique, le nudge peut être utilisé pour agir sur les deux déterminants de la prise de décision : l’inconscient (par exemple, décloisonner les espaces de travail pour optimiser la cohésion d’équipe) ou la raison (mettre l’accent non plus sur l’injonction : « éteignez votre ordinateur en partant ! » ; mais sur valeur objective : « les entreprises qui le font réalisent 5 % d’économie »).

Ce qu’ils ont fait
Dans les pays anglo-saxon, le nudge est utilisé pour accélérer le déploiement de stratégies RSE, que ce soit pour l’adoption d’éco-gestes ou pour augmenter l’adhésion aux programmes orientés bien-être et qualité de vie au travail. En France, l’institut BVA a constitué une Nudge Unit pour accompagner ceux qui souhaitent « accélérer les changements comportementaux, et ainsi favoriser l’observance, limiter la fraude, encourager les pratiques durables, créer de la préférence… »

À lire, notre dossier :

Incitez sans contraindre : mettez-vous aux nudges !

D’après « Le nudge : entre carotte et bâton, une autre manière de présenter les choses » de Caroline Castets (Le Nouvel Economiste, mars 2011) ; « Les “nudges”, force de persuasion » de Patrick Cappelli (Libération, janvier 2014) ; « A Practitioner’s Guide To Nudging » de Kim Ly, Nina Mažar, Min Zhao et Dilip Soman (Rotman School of Management, 2013) ; « Can nudges help NHS employees act sustainably and deliver better care ? » de Trewin Restorick (The Guardian, juin 2013).
Business Digest N° 244, mars 2014 .

À voir, la vidéo :
Design to nudge and change behaviour: Sille Krukow at TEDxCopenhagen

Sille Krukow démontre pourquoi le changement des comportements est une des meilleures façons d’améliorer le monde.