Fish Can’t See Water: How National Culture Can Make or Break Your Corporate Strategy

Hammerich_Fish_jkt.pdf
De Kai Hammerich et Richard Lewis (Wiley, septembre 2013)

Notre sélection :
L’échec, huit ans après son implantation en Allemagne, de la société américaine Walmart prouve une fois de plus l’influence de la culture nationale sur l’organisation et la stratégie de l’entreprise : à ignorer les us et coutumes des consommateurs et à vouloir américaniser à tout prix l’enseigne, les dirigeants ont échoué… et perdu des millions de dollars. S’appuyant sur de nombreux cas d’entreprises à travers le monde telles que Toyota, Sony, Samsung, Nokia ou General Motors, Kai Hammerich et Richard Lewis incitent les dirigeants, pour reprendre le titre de leur ouvrage, à « regarder avec discernement l’eau dans laquelle ils nagent ». Pour les auteurs, le monde du business se divise désormais en trois archétypes : des régions « linéaires-actives » (Europe du Nord, Etats-Unis…), « multi-actives » (Europe du Sud, Amérique latine…) et « réactives » (Asie notamment), avec chacune leurs avantages et leurs inconvénients. Exemple : si le monde anglo-saxon est très performant pour faire émerger des entreprises, il l’est nettement moins sur le long terme, à l’inverse des Japonais, pour conduire des business à maturation.

Pourquoi nous avons choisi ce livre ?
Dans un monde qui n’est pas plat, aucune entreprise ne peut se permettre d’adopter une stratégie globale. Agilité et adaptabilité restent des aptitudes décisives pour conquérir de nouveaux marchés/territoires. Mais une fois ce constat fait, peu d’ouvrages apportent les conseils pratiques qui permettent de vraiment penser et exécuter une stratégie de manière locale. Si ce livre n’est pas exempt de clichés, comme souvent dès qu’on interroge les spécificités culturelles régionales, il présente l’immense mérite de fournir aux dirigeants des exemples et des outils concrets pour les aider à ajuster leur stratégie d’internationalisation.

À lire, notre dossier :

¥BD160Glocalisation : prendre en compte les spécificités de chaque marché

En collaboration avec Michel Hébert, VP de TBWA France, avec l’interview de Shiv Shivakumar, managing director et vice-président de Nokia Inde, et le cas de Free Beer.
Business Digest nº 214, mars 2011.