Two tips to good management

Julian Birkinshaw résume son livre Becoming a Better Boss: Why Good Management Is So Difficult (London Business School, 14 :25).

« C’est à une entreprise que se joignent les individus, mais de leur boss qu’ils se séparent. » Au-delà du lieu commun, cette affirmation signe selon Julian Birkinshaw le constat d’échec des recettes pour managers, dans lesquelles sont énumérées les qualités nécessaires pour être performant et apprécié comme patron. En cherchant à savoir pourquoi le « bon » manager reste si rare alors que chacun connaît les attitudes à adopter (écouter, soutenir, encourager, féliciter, donner de l’autonomie et donner un sens au travail), le professeur en stratégie à London Business School a identifié deux états d’esprit permettant de faciliter l’adoption de ces comportements :
1. Mettez-vous à la place de vos collaborateurs. Que ce soit par des expériences concrètes (assurer pendant une durée déterminée les tâches d’un collaborateur) ou simplement en tentant de voir le monde au travers des yeux des autres, se rapprocher de la réalité d’autrui permet de mieux comprendre ses attentes et d’y répondre.
2. Soyez conscient de vos propres limites. Les meilleurs managers (et les plus appréciés) sont ceux qui tirent satisfaction à partager les responsabilités, et par extension, la réussite d’un projet. Une confiance excessive en ses capacité est une porte aux comportements contraires : contrôle intrusif, appropriation de la réussite des autres…
Comme l’affirme Julian Birkinshaw, l’amélioration du comportement des managers est avant tout le fruit d’un long travail sur soi et d’une analyse sans cesse renouvelée de ses relations aux autres.

À lire, notre focus :

BD194BirkinshawVotre modèle de management est-il le plus efficace ?

D’après une interview avec Julian Birkinshaw, et son article coécrit avec Jules Goddard, « What is Your Management Model? », MIT Sloan Management Review, hiver 2009.
Business Digest nº 194, mars 2009.