La chance, ça se cultive ! Premium

Pour lire ce dossier dans son intégralité, devenez Abonné Privilégié ou connectez-vous

Les entreprises se divisent en deux catégories : celles qui ont de la chance et celles qui n’en ont pas... encore. Car la chance ne frappe pas au hasard mais sourit à ceux qui ont su s’y préparer. Conseil aux dirigeants : développez votre capacité à découvrir de nouvelles opportunités et créez un climat propice à la sérendipité à tous les niveaux de votre entreprise !

trefle
Cultivez la fortuitude attitude
Les leaders chanceux ne sont pas ceux qui laissent faire le hasard, mais ceux qui travaillent avec lui. Trois priorités :
• Brisez la routine : le premier talent à développer pour pratiquer la sérendipité (l’art de trouver ce que l’on ne cherchait pas) est la capacité à rester en éveil et à évoluer dans de nouveaux environnements.
• Aiguisez votre curiosité : les cerveaux ne sont pas tous égaux face à une même information. Certains la rangeront dans un tiroir alors que d’autres sauront la ressortir à l’occasion pour la connecter avec d’autres informations. Seule la pratique permet d’entrer dans la deuxième catégorie.
• Soignez vos connexions : le monde actuel nous offre d’infinies possibilités de connexions. La compétence ou la connaissance dont nous avons besoin existe sans doute quelque part, à portée de clics ou même dans le bureau d’à côté…

Mettez la chance du côté de votre entreprise
Un leader qui sait saisir les opportunités qui se présentent, c’est bien… toute une entreprise, c’est mieux !
• Faites tomber les barrières : les entreprises doivent développer des processus et des outils qui favorisent la construction de relations par-delà les frontières organisationnelles (internes et externes) pour faire émerger les opportunités.
• Préparez le terrain à la sérendipité : construisez un cadre de travail où les équipes sont invitées à s’exprimer et les leaders réceptifs. Objectif : un environnement inspirant dans lequel les collaborateurs s’impliquent et n’hésitent pas à partager leurs idées.

La chance nait dans le mouvement !

Pour le serial entrepreneur Umit Eraran, les opportunités naissent dans le mouvement. Au sens propre : « La chance ne frappe jamais à la porte, vous devez aller la chercher », explique-t-il. Ses propres expériences l’ont d’ailleurs conduit en Corée du Sud, en Chine et plus récemment à Singapour. À la clé : quelques mauvaises aventures, mais également de belles opportunités, davantage liées à l’audace qu’au hasard.

À lire, notre dossier
La chance, ça se cultive !

D’après Get Lucky : How to Put Planned Serendipity to Work for You and Your Business de Thor Muller et Lane Becker (Jossey-Bass, avril 2012), Eloge de la chance: ou l’art de prendre sa vie en main de Philippe Gabillet (Saint-Simon, avril 2012) et l’interview d’Umit Eraran, CEO de Shenzu Consulting, Singapour, avril 2013.
Business Digest nº 236, mai 2013.

Voir la vidéo
Thor Muller talks about planned serendipity and how your company can retain the magic of a startup

À mesure que les entreprises croissent, elles risquent de perdre leur aptitude à saisir au vol de nouvelles opportunités. Rien d’immuable pourtant, explique Thor Muller, car la sérendipité se travaille au quotidien, à condition de savoir garder un esprit d’intrapreuneur.