Comment bien prévoir dans l’incertitude ? Premium

Pour lire ce dossier dans son intégralité, devenez Abonné Privilégié ou connectez-vous

Pourquoi est-il si difficile pour les dirigeants d’avoir une vision stratégique claire ? Selon Nate Silver, la surcharge informationnelle est le principal obstacle à la réalisation de prévisions fiables. Enjeu pour les leaders : dissocier le signal du bruit en développant leur esprit critique et en sollicitant l’intelligence collective pour décider plus sûrement en environnement incertain.

prévision

1. Plus d’informations signifie plus de bruit
Avec l’explosion de la quantité d’information disponible, l’art des prédictions devient de plus en plus difficile. Trois erreurs récurrentes selon Nate Silver :
• L’inaptitude à intégrer des informations contradictoires : « Quand nous avons trop d’informations à traiter, nous devenons sélectifs et choisissons les données que nous préférons. »
• La tendance à confondre incertitude et risque : « Les prédictions tournent mal dès que nous essayons de mesurer l’incertitude. À la différence du risque, l’incertitude est trop complexe pour être évaluée. »
• La difficulté à différencier ce que nous savons et ce que nous pensons savoir : « Nous faisons des approximations et des suppositions bien plus grossières que nous n’en avons conscience. »

2. Trouver l’information pertinente au milieu du bruit

En niant le rôle des opinions personnelles et préjugés dans le processus prévisionnel, la probabilité de se tromper augmente. Trois conditions pour apprendre à déceler le signal dans le bruit :
• Reconnaissez votre subjectivité : l’approche des prédictions de Nate Silver demande au prévisionniste de s’interroger personnellement sur la vraisemblance d’un évènement et de prendre en considération son avis, même s’il est totalement subjectif.
• Restez critique : de meilleures prédictions exigent de tirer profit d’un trait humain que les ordinateurs ne peuvent remplacer : la pensée critique. Exploiter des données quantitatives n’est pas une garantie d’objectivité : la façon dont l’information est utilisée est plus importante que l’information elle-même.
• Misez sur l’intelligence collective : les meilleurs prévisionnistes acceptent l’incertitude et savent prendre en compte un large éventail d’opinions, mêmes contradictoires. Le principe : non seulement amener un groupe de personnes à partager des idées sur le futur probable, mais aussi à s’engager en pariant sur une idée particulière.

Rite-Solutions : l’intelligence collective pour imaginer le futur

Pour Jim Lavoie, CEO de Rite-Solutions, tous les collaborateurs doivent être impliqués dans la réflexion concernant le futur de l’entreprise et chaque avis mérite d’être entendu. Pour cette raison, l’entreprise a lancé Mutual Fun en 2005, une place de marché ludique qui permet aux collaborateurs d’investir et de s’investir dans l’avenir de Rite-Solutions.

À lire, notre dossier
Comment bien prévoir dans l’incertitude ?

D’après The Signal and the Noise: why so many predictions fail – but some don’t de Nate Silver (Penguin Press, septembre 2012), « Oracles: How Prediction Markets Turn Employees Into Visionaries » de Donald N. Thompson (Harvard Business Review Press, 2012) et l’interview de Jim Lavoie, CEO de Rite-Solutions, avril 2013.
Business Digest nº 236, mai 2013

Voir la vidéo
The Signal and the Noise: Why Most Predictions Fail But Some Don’t

Dans cette vidéo, Nate Silver explique pourquoi procéder par essais et erreurs et utiliser de vastes ensembles de données s’avère crucial. Il évoque également pourquoi l’engouement pour l’analyse de données automatisée représente un danger pour les prévisionnistes qui risquent de mettre de côté leur esprit critique.