Quel impact de la ville 2.0 sur l’entreprise et les RH ?

D’après « The Three faces of the City 2.0 » (ParisTech Review, mai 2012).


À une soixantaine de kilomètres au sud de Séoul, en Corée du Sud, un chantier gigantesque amorcé en 2001 est en train de faire émerger un lieu d’un genre nouveau. Sur une île artificielle reliée à la terre ferme par un pont de 12 km s’édifient des locaux, des habitations, des universités, un hôpital, des musées, des canaux artificiels… Avec son infrastructure de collecte et de diffusion de données parmi les plus complexes de la planète, New Songdo City n’est pas qu’une ville nouvelle. C’est une ville dite « intelligente », qui n’obéit qu’à un seul principe : la connectivité. Et le cas de New Songdo n’est pas isolé : Bouinan en Algérie, PlanIT Valley au Portugal, Pegasus Global Holding au Nouveau-Mexique, Masdar aux Émirats arabes unis, I-City en Malaisie, T-City en Allemagne…

Quelles sont les caractéristiques de la ville 2.0 ? Quel impact pour l’entreprise et ses collaborateurs ?
1. La transparence : dans une ville où tout est connecté, géolocalisé, l’idée de vie privée est mise en défaut. L’explosion des données urbaines et la transparence induite par la ville 2.0 posent de nombreux problèmes : main basse sur les données, intrusion dans la sphère privée, vulnérabilité des systèmes…
⇒ Sécurité : quelle est la responsabilité des entreprises et de ses collaborateurs dans le traitement des informations qu’ils recueillent ? Où s’arrête la personnalisation, où commence l’intrusion dans la vie privée du client ? Qui devra avoir accès à quoi, pour quoi faire ?
2. La participation : tout comme pour le Web 2.0, la vraie nouveauté tient moins au dépassement technologique qu’à la transformation de l’usage de la ville. Les habitants deviennent co-concepteurs. Ainsi à Barcelone, des handicapés sont équipés en appareils photo pour qu’ils rendent compte des obstacles rencontrés dans la rue.
⇒ Innovation : à mesure que la ville intelligente progresse, les entreprises doivent réinventer leur métier, trouver de nouvelles fonctions, former leurs collaborateurs à de nouvelles tâches, à collaborer avec les clients et les citoyens pour concevoir de nouvelles solutions intelligentes.
3. L’appropriation : toutes ces innovations posent la question de la capacité des individus à se les approprier. La clé réside dans l’autonomisation et la responsabilisation du citadin. Comment renforcer l’empowerment et la participation ?
⇒ Formation : en matière de développement des compétences, de sensibilisation et de motivation la frontière entre collaborateurs et clients est de plus en plus ténue. Le citoyen responsable doit être éduqué : il ne suffit plus de mettre un produit (ou service) en rayon pour qu’il soit acheté, le client doit être accompagné pour se l’approprier.

 

Pour trouver l’article

D’après « The Three faces of the City 2.0 » (ParisTech Review, mai 2012).

Pour aller plus loin

• The City 2.0 : site Web participatif, notamment financé par IBM, dont l’objectif est d’imaginer la ville du futur. Le site a reçu le prix TED 2012.

http://thecity2.org/

• Songdo.com : le site officiel de la ville de Songdo en Corée du Sud. Carte interactive, galerie photos, vidéos et bien d’autres ressources encore.

http://www.songdo.com/

• « The 10 Smartest Cities on the Planet [Slideshow] » de Greg Lindsay (Fast Company, décembre 2010)

http://www.fastcompany.com/pics/10-smartest-cities-planet-slideshow#1